1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Nancy : un homme se défenestre après un différend conjugal
1 min de lecture

Nancy : un homme se défenestre après un différend conjugal

Un homme est mort défenestré ce dimanche soir 20 juin à Nancy, après avoir poignardé sa femme.

Un brassard de police. (Illustration)
Un brassard de police. (Illustration)
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Guillaume Chieze & William Vuillez & AFP

À Nancy ce dimanche 20 juin dans la soirée, un homme de 30 ans est décédé sur fond de violences conjugales. L'homme en question aurait poignardé sa femme du même âge, dans leur appartement avant de s'auto-mutiler et de se défenestrer. Selon les informations de l'AFP, confirmées par RTL, la femme âgée de 30 ans s'est réfugiée chez une voisine vers 21 heures avec son enfant de 5 ans. 

"Elle venait de se faire agresser par son concubin et présentait deux plaies par arme blanche à l'abdomen", a souligné le procureur de la République de Nancy François Pérain dans un communiqué. Sérieusement blessée, la trentenaire a été hospitalisée mais son pronostic vital n'est pas engagé. "La voisine a appelé le 17. Les deux femmes entendaient alors un choc sourd et constataient que l'homme venait de se défenestrer", a-t-il précisé. 

Le médecin légiste a constaté la présence de multiples plaies "peu profondes" par arme blanche au thorax de l'homme. L'homme se serait auto-mutilé avant de se jeter par la fenêtre. Selon nos informations, il se serait donné 18 coups de couteau, avant de se défenestrer.

Les deux enfants provisoirement placés

"Un traumatisme crânien consécutif à la chute et manifestement létal était également constaté. Une autopsie sera effectuée prochainement", a poursuivi le procureur. Hospitalisée, la femme sera entendue "dès que son état de santé le permettra". La brigade criminelle de la Sûreté départementale a été saisie de l'enquête.

À lire aussi

Les policiers ont trouvé dans l'appartement du couple une paire de ciseaux ensanglantés. Le second enfant du couple, âgé d'un an, était également dans l'appartement, sain et sauf. Les deux enfants ont provisoirement été placés. Selon les premières recherches, "aucune plainte ou main courante n'avait été déposée par la femme pour des violences conjugales".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/