1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Meurtre de Vanesa Campos : pourquoi la loi sur la pénalisation des clients de prostituées était-elle au cœur du procès ?
3 min de lecture

Meurtre de Vanesa Campos : pourquoi la loi sur la pénalisation des clients de prostituées était-elle au cœur du procès ?

PODCAST - En août 2018, Vanesa Campos, une travailleuse du sexe de 36 ans, est tuée au bois de Boulogne. Giovanna Rincon, directrice de l'association d'aide aux personnes trans Acceptess-T, raconte pourquoi la loi sur la pénalisation des clients de prostituées était au cœur du procès.

Les gens se rassemblent pour rendre hommage à Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transsexuelle de 36 ans qui a été tuée dans la nuit du 16 au 17 août dans le bois de Boulogne, dans le quartier de Pigalle à Paris.
Les gens se rassemblent pour rendre hommage à Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transsexuelle de 36 ans qui a été tuée dans la nuit du 16 au 17 août dans le bois de Boulogne, dans le quartier de Pigalle à Paris.
Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
49. Meurtre de Vanesa Campos : la "révolte" des travailleuses du sexe
00:29:23
PORTRAIT - Qui était Vanesa Campos, prostituée trans assassinée au bois de Boulogne ?
00:05:51
Marie Zafimehy & Jeanne Rouxel

Le nouvel épisode des Voix du crime revient sur le meurtre de Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre de 36 ans. La jeune péruvienne a été assassinée en aout 2018 par une bande de malfaiteurs dans le bois de Boulogne, où elle se prostituait depuis son arrivée en France.

"Je rappelle à quel point aujourd'hui, il y a des milliers de personnes trans, sans papiers, en France. L'unique moyen qui existe pour ces personnes, c'est le travail du sexe. Aujourd'hui, on voit le contexte politique. La régularisation des personnes devient de plus en plus difficile. Donc la loi contre le système prostitutionnel, qui prévoit la régularisation des personnes prostituées, n'est pas appliquée", s'indigne Giovanna Rincon, directrice de l'association d'aide aux personnes trans Acceptess-T. 

La loi du 13 aout 2016 sur la pénalisation des clients, instaure le délit de racolage. Pour les travailleuses du sexe et notamment pour les prostituées transgenres sans papiers, cette loi sur l'abolition de la prostitution est un frein dans leur vie et les effets collatéraux sont nombreux. 

Il y a des milliers de personnes trans, sans papiers, en France. L'unique moyen qui existe pour ces personnes, c'est le travail du sexe

Giovanna Ricon

Lors du procès des deux meurtriers de Vanesa Campos en janvier 2022, deux associations se constituent parties civiles : l'association de Giovanna, Acceptess-T et l'association l'Amicale du Nid, qui défend les droits des femmes. Néanmoins, lors des audiences, les échanges sont vifs.

À écouter aussi

Pour cause, la différence entre les deux associations est majeure : l'Amicale du nid défend la loi tandis que l'association de Giovanna la met en cause. "L'Amicale du Nid promeut l'abolition de la prostitution et créée en quelque sorte une vision des femmes, ou des personnes trans, ou des hommes qui sont dans la prostitution, comme étant des victimes du patriarcat et comme étant des victimes des viols répétés de la part de leurs clients, parce qu'ils payent", explique Giovanna Rincon. 

C'est pour moi très important à ce moment là de rappeler (…) que les personnes trans, doivent aller chercher un client pour pouvoir survivre

Le plaidoyer se complique et les associations se font face. Malgré cela, Giovanna Rincon reste sur ses positions : "C'est pour moi très important, à ce moment-là, de rappeler que pendant que cette avocate fait du plaidoyer qui promeut la création des rapports abolitionnistes et bien les personnes trans, elles, doivent aller chercher un client pour pouvoir survivre." 

"On doit faire face à toutes les conséquences de la société transphobe qui ne laisse pas vraiment d'espace à cette communauté pour aller au delà de la prostitution. Et en plus, on doit se confronter aux conséquences de l'idéologie de l'abolition de la prostitution", déplore Giovanna. 

Les deux meurtriers de Vanesa ont été condamnés à 22 ans de réclusion criminelle et malgré les échanges houleux entre les deux associations, la voix d'Acceptess-T a finalement été entendue par l'un des jurés. Giovanna Rincon se rappelle encore de ce "moment historique" : "Il avait pris le temps d'analyser qu'elle était vraiment la situation de cette communauté aujourd'hui. Lui, ouvertement, s'est positionné pour reconnaître que l'unique association qui avait le droit d'être partie civile, c'était notre association."

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.


Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires