2 min de lecture Marseille

Marseille : l'argent du crime pour "subventionner" les associations des quartiers populaires

34 mères de famille marseillaises ont lancé une pétition : elles demandent à ce que les biens confisqués par la justice soient réattribués en priorité aux associations de proximité.

Les quartiers nord de Marseille (photo d'illustration).
Les quartiers nord de Marseille (photo d'illustration). Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Générique 1
Hugo Amelin édité par Léa Stassinet

Des montagnes d’argent sale, mais aussi des appartements, des voitures ou même des chevaux. La liste des saisies dans les affaires de drogue est souvent stupéfiante. L’année dernière, la justice a récupéré 2,34 millions d’euros en petites coupures dans les cités du nord de Marseille. 

Aujourd'hui, 34 mères de famille qui pour la plupart habitent dans ces quartiers, ont lancé une pétition : elles demandent à ce que les biens confisqués par la justice soient réattribués en priorité aux associations de proximité.  


Fatima Mostefaoui, l’une des corédactrices de cette pétition, est convaincue qu’il faut "faire une loi pour que l’argent confisqué du crime organisé soit reversé dans les quartiers prioritaires, sur l’économie solidaire et sociale. Cet argent, c’est opaque, on ne sait pas ce qu’ils en font. Cela permettrait de créer des épiceries solidaires, une école pour handicapés, des séjours à la campagne ou à la neige pour les élèves par exemple. Mais aussi de donner de l’espoir et des activités aux gamins des cités", explique-t-elle au micro de RTL. 

À lire aussi
Un requin bleu (illustration) bouches-du-rhône
Marseille : un requin bleu s'est "installé" dans le port de l'Estaque

Car les réseaux de trafiquants qui sévissent dans le secteur traquent l’oisiveté de ces jeunes, avec l’idée d’en faire de nouveaux soldats. Leïla, maman inquiète, abonde : "On a beaucoup de gamins qui s’ennuie dans nos quartiers, qui ont quitté l’école, qui n’ont pas de travail. Certains se mettent à traîner, à voler, à dealer. Il y en a qui deviennent dépressifs, schizophrènes, agressifs avec leurs parents… Tout ça, parce qu’ils ne sont pas assez suivis. Les associations ont besoin de financement pour les accompagner. On ne sauvera pas tout le monde, mais il y aura moins d’enfants dans la délinquance et dans la drogue", affirme-t-elle.

Une loi en préparation

Ces femmes engagées se sont inspirées d’une loi anti-mafia en vigueur en Italie, qui stipule que certains biens immobiliers saisis à la Pieuvre doivent être reversés à des actions sociales, afin d’enrayer son recrutement. 

En France, une député MoDem de Loire-Atlantique planche actuellement sur le sujet. Le projet de loi de Sarah El Haïry vise à améliorer la pérennité financière des associations. Il souhaite "confier à des associations de plus de 3 ans et reconnues d’utilité publique la gestion d’immeubles saisis lors de procédures pénales". On reste loin d’une pluie de billets sur les quartiers défavorisés.

Actuellement, l’AGRASC (l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués) revendique plus de 900 millions d’euros de biens saisis depuis sa création en 2010. Cette administration publique s’autofinance quasiment car elle touche des intérêts sur les sommes confisquées. Les biens acquis par l’État après une condamnation définitive alimentent principalement les comptes publics et la lutte contre les addictions. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Drogue Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797430976
Marseille : l'argent du crime pour "subventionner" les associations des quartiers populaires
Marseille : l'argent du crime pour "subventionner" les associations des quartiers populaires
34 mères de famille marseillaises ont lancé une pétition : elles demandent à ce que les biens confisqués par la justice soient réattribués en priorité aux associations de proximité.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/marseille-l-argent-du-crime-pour-subventionner-les-associations-des-quartiers-populaires-7797430976
2019-04-15 01:12:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/2dlUlNAzWBb57hsvjbmYZg/330v220-2/online/image/2018/0802/7794299469_000-par7318051.jpg