2 min de lecture Décision de justice

Marseille : des anciens légionnaires condamnés pour trafic d'armes

Impliqués dans un trafic d'armes organisé, d'anciens légionnaires ont été condamnés à des peines allant jusqu'à trois ans de prison ferme.

Des légionnaires de la Légion Étrangère (illustration)
Des légionnaires de la Légion Étrangère (illustration) Crédit : Thomas SAMSON / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Sept anciens légionnaires ont été condamnés jeudi à Marseille à des peines allant jusqu'à trois ans de prison ferme pour un trafic d'armes organisé alors que la plupart d'entre eux portaient encore l'uniforme. Les faits avaient été révélés par un renseignement adressé à la police judiciaire en mars 2013, désignant nommément un caporal-chef et un sergent-chef de la Légion Étrangère à Aubagne, près de Marseille.

Le tribunal n'a pas suivi les réquisitions de la procureure qui avait réclamé des peines allant jusqu'à sept ans de prison et les juges n'ont prononcé aucun des sept mandats de dépôt requis. L'enquête avait permis d'interpeller en flagrant délit le 29 juin 2013, sur le parking d'un centre commercial situé entre Marseille et Aix-en-Provence, trois légionnaires en train de remettre à deux clients 14 pistolets-mitrailleurs et des chargeurs.

Les deux clients, un chef de chantier et un cuisinier déjà condamnés pour des trafics de stupéfiants, se sont vu infliger cinq ans de prison dont deux ans avec sursis et une amende de 5.000 euros pour l'un et de 7.000 euros pour le second.

Des armes hongroises

Les sept ex-légionnaires ont été condamnés à des peines allant de 3 ans de prison dont 2 avec sursis et 2.000 euros d'amende à 5 ans de prison dont 2 avec sursis et 10.000 euros d'amende. Le cas d'un huitième ancien légionnaire, au sommet de la pyramide des responsabilités selon l'accusation, a été renvoyé au 24 novembre en raison de l'indisponibilité de son avocat.

À lire aussi
La ville de Nancy, en Lorraine faits divers
Nancy : une mère coupable d'un double infanticide condamnée à 30 ans de prison

Durant des mois, les prévenus avaient été placés sous écoutes et leur langage à peine codé avait trahi leurs activités. Ils échangeaient à propos de véhicules, notamment des "Golf 19", un modèle de véhicule n'existant pas mais signifiant aux yeux des enquêteurs des Glock 19, une arme revendue autour de "1.5" entend-on dans les conversations, soit 1.500 euros.

L'enquête n'a pas permis d'identifier la provenance exacte des armes. En parfait état de fonctionnement, les pistolets-mitrailleurs saisis étaient d'origine hongroise et avaient été remilitarisés après leur désactivation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Décision de justice Militaires Marseille
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants