2 min de lecture Gilets jaunes

Manifestant frappé par un policier : la version des forces de l'ordre

Une nouvelle affaire de violences policières ce week-end. L'IGPN enquête après la diffusion d’une vidéo montrant un policier frappant un manifestant déjà au sol. RTL a pu consulter le rapport de police qui raconte la scène.

Des forces de sécurité lors d'une manifestation des "gilets jaunes"
Des forces de sécurité lors d'une manifestation des "gilets jaunes" Crédit : PHILIPPE LOPEZ / AFP
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et Noémie Grinberg

"Ne pas faire de procès d’intention". C’est l’appel du syndicat de police Alliance après la diffusion de la vidéo qui a enflammé les réseaux sociaux ce week-end. Des images violentes montrant un policier frappant un homme à terre durant la manifestation des "gilets jaunes" de samedi, à Paris, retweetées plus de 3.000 fois.  

Si deux enquêtes ont aussitôt été ouvertes concomitamment dès le lendemain, selon nos informations, plusieurs policiers ont porté plainte contre l'homme interpellé, dont le membre des brigades de répression de l'action violente motorisées (BRAV) que l'on voit sur la vidéo donner les coups. La plainte a été déposée pour violences volontaires. 

D’après le rapport de police que nous avons pu consulter, les coups portés sont une réponse musclée aux violences perpétrées par ce jeune homme, né en 1999. L'homme cagoulé aurait, juste avant la scène filmée, jeté des bouteilles en verre sur les forces de l'ordre. Toujours selon les policiers, les coups seraient la conséquence d'un crachat de sang au visage et dans la bouche du policier. Ce dernier a été admis à l’hôpital, et mis sous tri-thérapie pour prévenir une potentielle infection du VIH. En effet, le jeune homme, en lui crachant dessus, lui aurait lancé : "J’ai le sida, tu vas crever".  

Le manifestant déféré au parquet

De son côté, le manifestant a été déféré à l'issue de sa garde à vue, ce lundi 20 janvier. Selon le parquet, il va être présenté dans l'après-midi à un magistrat qui va lui notifier une convocation devant le tribunal correctionnel du chef de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique, rébellion et participation à un groupement formé en vue de commettre des violences et des dégradations. Le parquet va requérir son placement sous contrôle judiciaire.
 
Dimanche, le parquet de Paris et la préfecture de police ont annoncé, le premier une enquête pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" confiée à l'IGPN, la police des polices, et la seconde une enquête administrative diligentée par le service d'évaluation et de contrôle. 

S'il y a une faute, elle sera sanctionnée

Christophe Castaner
Partager la citation
À lire aussi
Brigitte Jullien, directrice de l'IGPN, le 13 juin 2019 police
Les infos de 12h30 - Interpellation violente à Bordeaux : l'IGPN a été saisie

En marge d'un déplacement à Rennes, le ministre de l'Intérieur a réagi. "J'ai vu ces images qui sont des images choquantes pour lesquelles le préfet de police a immédiatement saisi ses services pour les comprendre, pour voir s'ils peuvent trouver une explication. À l'heure qu'il est, je n'en vois aucune", a déclaré Christophe Castaner. Et d'ajouter : "Il faut que la vérité soit faite sur cet acte et que nous le comprenions. S'il y a une faute, elle sera sanctionnée".

La mort le 3 janvier à Paris d'un livreur lors d'un contrôle routier houleux, après une immobilisation au sol, puis l’image d'un tir de LBD à bout portant à Paris avaient relancé les critiques sur les violences policières qui émaillent depuis plus d'un an les manifestations de "gilets jaunes". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Manifestations Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants