1 min de lecture Procès

La sœur du prince héritier saoudien jugée à Paris pour des violences sur un artisan

En 2016, Hassa bint Salmane, sœur de l'homme fort de Ryad, aurait, avec l’aide de son garde du corps, retenu captif et humilié un artisan pendant plusieurs heures.

Vue du tribunal correctionnel de Paris (Illustration)
Vue du tribunal correctionnel de Paris (Illustration) Crédit : LOIC VENANCE / AFP
micro générique
La rédaction de RTL et AFP

Hassa bint Salmane, la sœur du prince saoudien Mohammed ben Salmane, sera jugée mardi 9 juillet au tribunal correctionnel de Paris. Elle est visée depuis décembre 2017 par un mandat d'arrêt, notamment pour "complicité de violences volontaires". La sœur de l'homme fort de Ryad devrait vraisemblablement être jugée en son absence, représentée par son avocat français.

Les faits remontent à septembre 2016, lorsqu'un artisan est venu faire des travaux dans l’appartement parisien de l’héritière saoudienne. Selon le plaignant, la situation a dégénéré au moment où il prenait des photos de la pièce dans laquelle il était censé intervenir.

L'accusant d’effectuer des clichés volés à des fin crapuleuses Hassa bint Salmane aurait ordonné à son garde du corps de frapper le plombier. La victime affirme s’être fait séquestrer et tabasser plusieurs heures durant. Ligoté, il a dû se mettre à genoux pour embrasser les pieds de la princesse.

De nombreuses contradictions

Une version que dément la partie adverse à l'aube du procès : "Nous espérons que les juges prendront en considération les nombreuses contradictions et incohérences de la partie civile. Les constatations médicales rendent invraisemblable la version du plaignant et démontrent qu'il a menti", a déclaré à l'AFP Yassine Bouzrou, l’avocat du garde du corps incriminé. Le camp d’Hassa bint Salmane a même décidé de contre-attaquer en portant plainte contre la victime pour "dénonciation calomnieuse".
La famille saoudienne connaît déjà la justice française, en mars 2013 l’épouse répudiée de l’ancien prince héritier d’Arabie Saoudite avait vu la saisie de ses biens français à cause d’impayés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Justice française Princesse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants