1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. La soeur du prince saoudien MBS jugée à Paris pour des violences sur un plombier
1 min de lecture

La soeur du prince saoudien MBS jugée à Paris pour des violences sur un plombier

Hassa bint Salmane est visée depuis décembre 2017 par un mandat d'arrêt, notamment pour "complicité de violences volontaires" sur un plombier venu faire des travaux dans son appartement parisien. Elle sera jugée en juillet.

Le prince Mohammed ben Salmane (illustration)
Le prince Mohammed ben Salmane (illustration)
Crédit : BANDAR AL-JALOUD / Saudi Royal Palace / AFP
Léa Stassinet & AFP

À moins qu'elle se présente à l'audience, elle devrait vraisemblablement être jugée en son absence, représentée ou non par son avocat français. Le 9 juillet prochain, Hassa bint Salmane, soeur du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane sera jugée à Paris. Elle est accusée d'avoir donné l'ordre à son garde du corps de frapper un artisan qui effectuait des travaux dans son appartement parisien en 2016. 

La soeur de celui qu'on surnomme MBS est visée depuis décembre 2017 par un mandat d'arrêt, notamment pour "complicité de violences volontaires".  

En septembre 2016, un plombier était en effet venu faire des travaux dans l'appartement de la princesse, avenue Foch (XVIe arrondissement). D'après son récit, il prenait une photo de la pièce où il devait intervenir lorsqu'il a été accusé de réaliser des clichés volés pour les vendre à des médias. Mécontente, Hassa bint Salmane avait alors, selon les dires de l'ouvrier, donné l'ordre à son garde du corps de le frapper. 

"Il faut le tuer, ce chien, il ne mérite pas de vivre

Propos présumés de la princesse rapportés par l'artisan

L'artisan affirme avoir été roué de coups, notamment au visage, et humilié. Le garde du corps lui aurait notamment intimé l'ordre de s'agenouiller, les mains ligotées, pour baiser les pieds de la princesse. Au bout de plusieurs heures, il avait pu quitter l'appartement. "Il faut le tuer, ce chien, il ne mérite pas de vivre", s'était emportée la princesse, selon les dires de l'artisan rapporté par Le Point

À lire aussi

En août 2018, la juge d'instruction a décidé de renvoyer la princesse devant le tribunal correctionnel pour "complicité de violences volontaires avec usage ou menace d'une arme", "complicité de séquestration" et "vol" d'un téléphone portable, a précisé la source judiciaire. Son garde du corps, mis en examen le 1er octobre 2016, doit être jugé pour sa part des chefs de "vol", "violences volontaires avec usage ou menace d'une arme" et "séquestration". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.