4 min de lecture Justice

Jonathann Daval : homme exaspéré humilié ou authentique lâche ?

ÉCLAIRAGE - Le procès de l'informaticien de 36 ans s'ouvre ce lundi. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Depuis le début, il a montré de nombreux visages. Alors va-t-il jouer la carte du mari bafoué ?

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Jonathann Daval : homme exaspéré humilié ou authentique lâche ? Crédit Image : SEBASTIEN BOZON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard édité par Venantia Petillault

Le procès du meurtre d’Alexia Daval va s’ouvrir ce lundi 16 novembre devant la cour d’Assises de Haute-Saône. Quel va être le Jonathann Daval qui va se présenter tout à l'heure à l'audience ?

Alors c'est la grande question de ce procès. Presque la seule qui vaille parce c'est vrai on s'y perd avec Jonathann Daval qu'on peut presque lire à travers un fil rouge. C'est le fil du mensonge. Mensonge quand dès le matin, le 28 octobre 2017, vers 9h, il prend un café chez sa mère, explique que Alexia fait des malaises mais qu'elle est quand même partie courir. Mensonge une heure plus tard, chez son beau père Jean-Pierre Fouillot, qui tient le bar PMU de Gray. Il est chez lui ici, on le voit souvent derrière le comptoir pour se faire un café, il répète à Jean Pierre Fouillot puis à son épouse Isabelle la même chose. Il est inquiet, il n’aurait pas dû accepter qu’elle aille courir. 

Alexia est déjà morte. Puis bien sûr il ment aux gendarmes, en garde à vue. Mensonge bien sûr pendant les trois mois qui suivent, dans la peau du veuf éploré. On se souvient tous des larmes de crocodile aux obsèques et puis mensonge et même tentative de manipulation quand il affirme, en pleine instruction, que Alexia est morte à cause d'un complot familial. 

On a longtemps cru à son désespoir. Quand on a reçu Isabelle Fouillot, dans L'heure du Crime, le 3 novembre elle nous a dit qu'elle n'avait rien vu, rien soupçonné jusqu'à ce que les gendarmes lui mettent, sous le nez, les preuves de la culpabilité de son gendre. On sait que Jonathan a avoué mais il n’a pas expliqué précisément pourquoi il a tué Alexia. Va-t-il aller plus loin ?

Va-t-il jouer la carte du mari bafoué, humilié par Alexia ?

À lire aussi
justice
Il dévoile des documents secrets franc-maçons et écope de 4 mois de prison

Alors, ce qui est sûr c’est sur la famille d’Alexia, elle nous l’a dit, craint au plus haut point que Jonathann charge Alexia, qu'il décrive une épouse infernale qui voulait absolument un enfant et ne parvenait pas en avoir. Elle a fait une fausse couche déjà Alexia et qui du coup l'aurait humilié, en lui reprochant une virilité absente. Ce sont les fameux mots qu'elle aurait répété : "tu n'es pas un homme", "tu es nul". On va entrer c’est inévitable, dans la vie la plus intime de ce couple que tout le monde connaît à Grey. Lui est informaticien, elle travaille dans une agence bancaire, parce que c'est dans ce tête à tête privé que se cache la clé de la mort d'Alexia. 

Pas n’importe quelle mort, un accès de furie, de rage longtemps ruminée. Alexia a été étranglée, Jonathann l’a chargée dans la voiture, a mis le feu au corps. Il y a une détermination extrême. Jonathann n’a pas beaucoup de cartes à abattre, si ce n’est de présenter comme un mari insulté, bafoué, humilié. Autant dire que la famille d'Alexia ne va rien laisser passer, il faudra bien surveiller les auditions d'Isabelle Fouillot qui démarrent demain après midi. La mère d'Alexia nous a confié qu'elle croit savoir pourquoi Jonathann a tué sa fille, détenir le vrai mobile mais qu'elle gardait ses explications pour la Cour d'assises. Alexia lui a-t-elle fait des confidences très personnelles ? C’est tout à fait possible.

A-t-il empoisonné sa femme ?

L'enquête des gendarmes a été minutieuse, très précise, astucieuse même puisqu'ils ont laissé se refermer la nasse sur Jonathann Daval. Lequel il faut le souligner a mis du temps à craquer, ce n'était pas alors l'homme faible et pleurnichard qui est parfois décrit. On sait que dans le corps d'Alexia, les légistes ont trouvé un cocktail médicamenteux surprenant. Des traces d'un hypnotique qui fait office de somnifère, d’un décontractant musculaire et puis un antidouleur opioïde, très puissant, délivré sur ordonnance. S'agissait-il d'un traitement pris par la jeune femme pour la délivrer de ses angoisses, ou plus improbable, favoriser une grossesse ? La famille n'y croit pas et pense même que Jonathann a fait prendre ces drogues à son épouse à son insu, pour l'affaiblir ou même causer un accident.

Alexia avait chaque week-end des vertiges, elle avait beaucoup maigri. À l’instruction, le juge a écarté l'empoisonnement. La préméditation n'a pas été retenue. Effectivement il ne comparaît pas pour assassinat mais pour "meurtre sur conjoint". Aux termes de la loi il encourt la prison à vie. C'est la peine maximum mais on est aux assises et tout va dépendre de son attitude dans ce théâtre judiciaire, du visage qu'il affichera lors de cette semaine d'audience, on le disait tout à l'heure, celui d'un homme exaspéré humilié ou bien celui d'un authentique lâche qui jusqu'au bout et presque par tous les moyens aura tenté de fuir ses responsabilités au point de ne plus pouvoir regarder une photo d'Alexia. Simplement fuir la justice.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Jonathann Daval Procès
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants