1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Alexia Daval : "J'attends qu'il soit un homme et pas un lâche", clame sa mère
1 min de lecture

Affaire Alexia Daval : "J'attends qu'il soit un homme et pas un lâche", clame sa mère

TÉMOIGNAGE - Le procès de Jonathann Daval, qui a tué son épouse Alexia Daval il y a trois ans, aura lieu du 16 au 20 novembre.

Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia Daval, le 7 décembre 2018
Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia Daval, le 7 décembre 2018
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Affaire Alexia Daval : "J'attends qu'il soit un homme et pas un lâche", clame sa mère
01:31
L'affaire Daval : aux portes du procès
42:15
micro générique
La rédaction de RTL - édité par Venantia Petillault

Les avocats de Jonathann Daval avaient demandé un report : ils estiment que la Cour d'assise de Vesoul est trop petite pour que le protocole sanitaire soit respecté mais cette demande a été rejetée. L'informaticien sera donc jugé du 16 au 20 novembre pour le meurtre de sa femme, Alexia, il y a trois ans. 

La mère d'Alexia, Isabelle Fouillot, a réagi en exclusivité dans L'Heure du crime au micro de Jean-Alphonse Richard, en expliquant ce qu'elle attend de ce procès : "J'attends qu'il soit juste un homme une fois dans sa vie et qu'il soit capable de prendre ses responsabilités. Qu'il soit un homme et pas un lâche. Je ne sais pas si on pourra faire notre deuil un jour mais je voudrais qu'elle repose en paix. C'était une belle jeune fille Alexia : souriante, joviale, aimante, elle était très proche de moi et je ne veux pas que Jonathann la réduise à ce qu'il l'a déjà réduit physiquement. Elle a quand même reçu quinze coups de poing dans la figure, il l'a étranglée pendant plus de quatre minutes et il a brûlé son corps. Il nous a tout pris ! Il nous a pris notre enfant. Je ne vois pas comment je pourrais parler autrement de ce meurtrier", lâche la mère d'Alexia.

Dans "L'Heure du crime" sur RTL, Isabelle Fouillot est également revenue sur les mois qui ont précédé l'arrestation de Jonathann Daval le 29 janvier 2018. "Il nous a manipulés", a-t-elle déclaré alors que son gendre a d'abord nié avoir tué sa femme avant d'accuser sa belle-famille et d'expliquer qu'il avait tué son épouse par accident.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/