1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Jean-Claude Romand : mentir était son "job à plein temps", dénonce son beau-frère
2 min de lecture

Jean-Claude Romand : mentir était son "job à plein temps", dénonce son beau-frère

PODCAST - Dans "Les Voix du Crime", Emmanuel Crolet raconte comment il a découvert les deux décennies de mensonge de son beau-frère Jean-Claude Romand.

Jean-Claude Romand arrive à son procès le 25 juillet 1996.
Jean-Claude Romand arrive à son procès le 25 juillet 1996.
Crédit : Philippe DESMAZES / AFP
18. Jean-Claude Romand : son beau-frère raconte les années de mensonges jusqu'aux meurtres (2/2)
26:53
Diane Douzillé
Diane Douzillé
Journaliste

Le 11 janvier 1993, le monde d'Emmanuel Crolet s'écroule : son beau-frère vient de tuer à coups de fusil Florence, sa sœur, et ses deux nièce et neveu, Caroline et Antoine. Surtout, Jean-Claude Romand, qui se présente comme médecin à l'OMS, n'est pas celui qu'il prétend être. Pendant vingt ans, il n'a fait que tromper son entourage.


"Il avait un job à plein temps : c'est d'être menteur", résume aujourd'hui Emmanuel Crolet dans le second épisode des Voix du Crime consacré à ce qui est devenu l'affaire Romand. "Son travail à plein temps, c'était d'avoir un coup d'avance en permanence sur ce qui va arriver demain, après demain et après après demain". 

Plutôt que d'aller travailler, il se rendait à la bibliothèque pour parfaire ses connaissances en médecine ou dans les cafés pour passer le temps. "Dans son entourage, il portait le change", explique Emmanuel Crolet. Le "faux médecin", est respecté et admiré : personne ne questionne jamais son emploi du temps insaisissable puisqu'il subvient aux besoins de sa famille et semble mener une vie confortable.

C'est tuer plutôt que de perdre la face

Emmanuel Crolet

En réalité, pendant ces deux décennies d'imposture, Jean-Claude Romand se finance grâce à de faux placements qu'il "fait miroiter" à l'ensemble de son entourage. Emmanuel Crolet et son père eux-mêmes lui font confiance et lui confient leur argent qu'il dit pouvoir faire fructifier en Suisse, grâce à son statut de fonctionnaire international. Il n'en est rien : Jean-Claude Romand garde tout. "Est-ce que à l'heure actuelle et encore des gens qui à qui il en a détourné et qui ne se sont pas manifestés ? Peut être."

À lire aussi

C'est aux alentours de Noël 1992, que tout bascule selon Emmanuel Crolet. Il soupçonne sa sœur, Florence, d'avoir découvert le secret de son mari. C'est ce qui aurait provoqué son passage à l'acte quelques semaines plus tard. "C'est tuer plutôt que de perdre la face. C'est tuer pour ne pas avoir à affronter un regard aimant de sa femme et de ses enfants qui allaient lui montrer qu'il n'est rien et qu'il est un minable, et ça il ne peut pas l'accepter", estime-t-il.

En 1996, Jean-Claude Romand est condamné à la prison à perpétuité. Il est libéré de manière conditionnelle 22 ans plus tard et doit prochainement enlever son bracelet électronique. Une décision de justice qu'Emmanuel Crolet a du mal à accepter. "Il a gagné", se résigne-t-il. Lui, n'arrive pas à tourner la page. "C'est quelqu'un qui est présent tout le temps", regrette-t-il.

La rédaction vous recommande

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro de Diane DouzilléJérôme Florin et Jean-Alphonse Richard. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.


Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue une affaire criminelle. Un podcast RTL. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/