1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Incendie dans le Var : le feu "fixé" mais "pas éteint", vigilance ce week-end
2 min de lecture

Incendie dans le Var : le feu "fixé" mais "pas éteint", vigilance ce week-end

Le feu est "fixé" dans l'arrière-pays de Saint-Tropez, mais "pas éteint" et les pompiers restent en alerte avant une reprise attendue du vent ce week-end.

Un pompier maîtrise un incendie près de Gonfaron dans le Var, le 17 août 2021
Un pompier maîtrise un incendie près de Gonfaron dans le Var, le 17 août 2021
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
William Vuillez & AFP

Après cinq jours de lutte contre le pire incendie de l'année en France, qui a fait deux morts, le feu est "fixé" dans l'arrière-pays de Saint-Tropez, mais "pas éteint" et les pompiers restent en alerte avant une reprise attendue du vent ce week-end. "Nous avons eu quelques reprises de feu aujourd'hui mais bien moins que les jours précédents, on poursuit le travail", a indiqué à l'AFP, vendredi en début de soirée, Stéphane Nepper, officier de communication des pompiers du Var.

Vendredi matin, le préfet et les pompiers avaient annoncé que le feu était "fixé", pour la première fois depuis lundi. "Fixé veut dire que la tête du feu n'avance plus, mais il n'est pas éteint", a précisé le directeur du Service départemental d'incendie et de secours du Var, le colonel Éric Grohin. "Les trois jours à venir seront décisifs pour venir à bout de cet incendie", a indiqué la préfecture, les prévisions météo faisant état d'une reprise du vent.

L'ensemble des massifs forestiers du Var est placé en risque incendie très sévère samedi et dimanche et leur accès est interdit. Depuis lundi cet incendie a brûlé 7.100 hectares de forêt, de vignes et de garrigues, dévastant notamment près de la moitié de la Réserve nationale naturelle de la plaine des Maures, un havre de biodiversité.

Les mégots "cause possible"

Du côté de l'enquête, si "l'on sait d'où le feu est parti", une aire d'autoroute, "on travaille pour savoir la cause exacte", a souligné le préfet. Des mégots ont été identifiés par les enquêteurs sur l'aire d'autoroute, mais il est "très anticipé" de dire qu'ils sont effectivement à l'origine du sinistre, a indiqué à l'AFP le procureur de Draguignan qui coordonne l'enquête. "Ces mégots sont une cause possible, mais pas forcément la cause", a ajouté le magistrat, qui estime nécessaire de recourir à une expertise complémentaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/