1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Homme abattu dans le Val-d'Oise : deux agents de la sûreté SNCF en examen pour meurtre
2 min de lecture

Homme abattu dans le Val-d'Oise : deux agents de la sûreté SNCF en examen pour meurtre

Les deux agents de la sûreté ferroviaire qui avaient abattu un homme armé d'un couteau près d'une gare du Val-d'Oise ont été mis en examen pour "meurtre", ce vendredi 2 juillet.

Des contrôleurs de la SNCF à la gare du Nord le 23 octobre 2018.
Des contrôleurs de la SNCF à la gare du Nord le 23 octobre 2018.
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Sarah Belien & AFP

Deux agents de la sûreté ferroviaire ont abattu un homme armé d'un couteau qui menaçait des passants mercredi, près d'Ermont-Eaubonne (Val-d'Oise). Ce vendredi 2 juillet, les deux hommes ont été mis en examen pour "meurtre", a-t-on appris du parquet de Pontoise.

Mercredi, un homme armé d'un couteau avait été pris en chasse par ces deux agents, âgés de 27 et 33 ans. L'homme menaçait des voyageurs qui attendaient sur le quai, avant d'être abattu à hauteur d'un passage à niveau en essayant de fuir des agents de la brigade de la Sûreté ferroviaire de la SNCF (Suge). Cinq hommes avaient immédiatement été placés en garde à vue afin de déterminer si la mort de l'agresseur ne pouvait pas être évitée. Trois ont été relâchés le lendemain.

Le chef d'accusation est plus lourd que celui requis par le parquet, qui avait demandé que les faits soient qualifiés en "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Selon le parquet, les deux agents ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire. Une juge d'instruction est désormais chargée de piloter l'enquête sur les conditions de cette intervention. Elle devra donc déterminer s'ils ont ouvert le feu de manière légitime et proportionnée face à la menace ou si l'intention d'homicide était caractérisée.

"Il a dit 'tuez-moi ou je vais en tuer un'"

Un porte-parole de la SNCF a répondu aux questions de l'AFP à ce sujet, décrivant un homme "extrêmement menaçant", ce qui a poussé les deux agents à intervenir. "Il a touché des enfants" mais pas avec son couteau, ne faisant aucun blessé, a indiqué une source proche de l'enquête. "Il a dit 'tuez-moi ou je vais en tuer un'. On est passé à deux, trois secondes de la catastrophe", ajoute-t-elle.

À lire aussi

Âgé de 36 ans, l'homme abattu est décrit comme "de type marginal" par une source policière, connu défavorablement des services avec une quinzaine de mentions, notamment pour violences". Sa dernière adresse connue est l'hôtel social.

Pour leur part, les syndicats FO et UNSA Ferroviaire saluent le "professionnalisme" des agents sur place. La fédération CGT des cheminots a déclaré ce vendredi que les agents avaient agi "dans le cadre de leurs prérogatives et des dispositions prévues par la loi" et qu'ils font souvent face à des situations "difficiles".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/