1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Go fast : le patron du GIGN révèle sur RTL les coulisses des interceptions à haut risque
2 min de lecture

Go fast : le patron du GIGN révèle sur RTL les coulisses des interceptions à haut risque

Le 10 mars 2022, le GIGN a intercepté un convoi "go fast" en provenance d’Espagne. À bord : 558,5 kilos de résine de cannabis, pour une valeur de 4,5 millions d’euros. Ces interventions font partie des missions les plus périlleuses des super-gendarmes du GIGN.

Un homme du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN).
Un homme du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN).
Crédit : WITT/SIPA
Le patron du GIGN révèle sur RTL les coulisses des interceptions à haut risque
00:02:51
Go fast : le patron du GIGN révèle sur RTL les coulisses des interceptions à haut risque
00:03:06
Micro générique Switch 795x530
Guillemette Franquet - édité par Aurore Briffod

Lancées à plus de 200 km/h, les grosses cylindrées qui composent un convoi de go fast sont très organisées. Souvent composé d’un véhicule ouvreur, d’un véhicule contenant la marchandise et d’un véhicule suiveur, le convoi peut être disséminé sur plusieurs kilomètres. Objectif : livrer le plus rapidement possible les stupéfiants. Les conducteurs, qui souvent ne sont pas des trafiquants mais des hommes payés pour faire le trajet, n’hésitent pas alors à rouler à très vive allure pour atteindre le point de livraison au plus vite.

Grâce à leurs recherches, les enquêteurs et les magistrats obtiennent des informations quant à la zone et au créneau horaire où un go fast pourrait passer. Ils donnent alors des indications au groupe d'intervention qui se prépare à l’intercepter. Comme l'explique le général Ghislain Réty, patron du GIGN, l’interpellation de voitures des go fast nécessite deux phases

Une première consiste à récolter des informations, suivre le convoi, parfois sur des dizaines de kilomètres, pour déterminer le meilleur moment pour “encager” les véhicules des trafiquants. Pour faire face aux trafiquants, le GIGN emploie de lourds moyens humains et matériels. Au moins vingt militaires, entre une quinzaine et une vingtaine de véhicules, des poids lourds, des voitures blindées très performantes et souvent l’appui aérien d’un hélicoptère de la gendarmerie.

Une intervention en deux temps

Une fois positionnée, la première unité va donc récolter des informations sur le passage et la composition précises du convoi puis les transmettre à une seconde unité, alors chargée de l’interception. Au moyen de leurs véhicules, profitant parfois d’un péage ou d’un élément naturel forçant les trafiquants à ralentir, cette seconde unité va bloquer le passage aux trafiquants. En les encerclant, les “encageant” selon le général Ghislain Réty, les gendarmes coupent la route et bloquent toute possibilité de fuite aux véhicules. Ils peuvent alors les arrêter.

À lire aussi

Il arrive parfois que les trafiquants cherchent une brèche pour échapper aux forces de l’ordre. Ils craignent plutôt les représailles des commanditaires que les poursuites judiciaires, selon le patron du GIGN. Ghislain Réty se souvient de ce cas, il y a une dizaine d’années, où les trafiquants ont fait demi-tour sur l’autoroute, avant de foncer sur un poids lourd du GIGN. Un homme en fuite a été repéré par l’hélicoptère de la gendarmerie et interpellé par une brigade cynophile. Une intervention risquée, explique le général Ghislain Réty : “On fait prendre des risques aux auteurs, aux personnels du GIGN et potentiellement même si on les limite au maximum, à la population. Interpeller un véhicule sur l’autoroute, ce n’est jamais anodin”.

En moyenne, le GIGN intervient une fois par mois sur un go fast. Depuis 2007, date où les go fast ont commencé à sillonner la France, il n’y a eu aucun mort ni même aucun blessé en intervention menée par les super-gendarmes.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/