1 min de lecture Gilets jaunes

Policiers retranchés dans une laverie : un an de prison ferme pour un assaillant

L'un des hommes qui avaient piégé des policiers dans une laverie à Paris lors de l'acte 53 des "gilets jaunes" a été condamné à un an de prison avec dépôt de mandat.

Un CRS lors de l'acte 53 des "gilets jaunes" le samedi 16 novembre 2019 à Paris
Un CRS lors de l'acte 53 des "gilets jaunes" le samedi 16 novembre 2019 à Paris Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Florian Soenen et AFP

Il avait piégé deux policiers dans une laverie lors des manifestations marquant les un ans des "gilets jaunes". Interpellé puis jugé en comparution immédiate, un homme a été condamné à un an de prison lundi 18 novembre. 

La 23e chambre du tribunal correctionnel de Paris a également délivré un mandat de dépôt à son encontre, ce qui signifie qu'il est immédiatement envoyé en prison. Il répondait pour des faits de "violence sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations".

Deux policiers avaient été pourchassés dans le XIe arrondissement de Paris et avaient trouvé refuge dans une laverie. Selon les images filmées par un journaliste de l'Obs, un groupe de personnes au visage souvent dissimulé a ensuite utilisé notamment des barrières de chantier pour forcer l'entrée de la laverie.

Ce week-end de manifestations a été émaillé par de nombreuses interpellations. Au total, 254 personnes ont été arrêtées au niveau national, dont 173 à Paris où de violents heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre, notamment place d'Italie où une manifestation a été annulée après des violences. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Justice Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants