1 min de lecture Faits divers

Gendarmes tués : l'ex-femme du tueur l'avait déjà dénoncé comme violent

VU DANS LA PRESSE - "J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux", a témoigné l'ex-femme de Frédérik Limol.

Des fleurs déposées à la gendarmerie d'Ambert en hommages aux trois gendarmes tués par un forcené
Des fleurs déposées à la gendarmerie d'Ambert en hommages aux trois gendarmes tués par un forcené Crédit : OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

Tandis qu'ils venaient porter secours à une femme victime de violences conjugales, trois gendarmes ont été tués en service mercredi 23 décembre dans le Puy-de-Dôme. Leur tueur, Frédérik Limol, avait déjà été dénoncé comme violent par son ex-femme, en vain. 

C'est "en colère" et avec beaucoup de frustration que s'est confiée l'ex-épouse de l'assaillant au Dauphiné Libéré. La frustration d'avoir tenté d'alerter sur la violence de son ex-mari, sans avoir su se faire entendre : "J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux", a-t-elle déclaré au quotidien local ce vendredi 25 décembre, relatée par France Bleu.

En effet, cette dernière explique avoir alerté tour à tour la police, les gendarmes et l'aide à l'enfance. "J’ai même écrit à Marlène Schiappa. Rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer", regrette l'ex-épouse de Frédérik Limol

Un soudain changement de comportement en 2012

La femme en veut aujourd'hui aux institutions, qui n'ont pas su prendre au sérieux ses appels au secours. "Aujourd'hui, il y a quatre orphelins, si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là. J’ai tout essayé", déplore-t-elle en ajoutant qu'elle se sentait "coupable". 

À lire aussi
faits divers
Mayotte : 7 personnes condamnées jusqu'à 12 ans de prison pour avoir blessé un gendarme

L'ex-épouse du tueur des trois gendarmes raconte que c'est en 2012 que Frédérik Limol a subitement changé de comportement. Dès lors, l'homme est devenu violent et survivaliste : "Quand j’ai accouché, il m’a donné une radio militaire, pour que l’on puisse communiquer en cas de fin du monde", a confié la mère de famille à nos confrères. 

Lire la suite
Faits divers Crime Auvergne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants