2 min de lecture Sécurité

G7 à Biarritz : 10.000 policiers et gendarmes mobilisés

10.000 policiers et gendarmes seront mobilisés à l'occasion du sommet du G7 à Biarritz ce week-end. Trois risques ont été identifiés par les services de renseignement.

Biarritz (illustration)
Biarritz (illustration) Crédit : IROZ GAIZKA / AFP
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze Journaliste RTL

Ils seront 10.000 policiers et gendarmes à être mobilisés à Biarritz ce week-end. Avant le sommet du G7, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur se rend sur place pour les derniers préparatifs ce mardi 20 août. Trois risques majeurs ont été identifiés par les services de renseignement. La menace terroriste toujours présente, mais aussi la possibilité d'exactions menées par les black blocs, ou encore par les "gilets jaunes".

Pour éviter les débordements, des contrôles d'identité ont déjà été systématisés depuis ce week-end. Un dispositif qui ira crescendo jusqu'au point d'orgue de la fin de semaine. Les gares, les routes, la frontière franco-espagnole, sont particulièrement surveillées. Au ministère de l'Intérieur, on l'assure, tout est prêt. Cela fait plusieurs mois que le dossier du G7 de Biarritz est prioritaire pour Christophe Castaner. Le ministre de l'Intérieur s'est d'ailleurs rendu sur place en juillet dernier.

Biarritz, n'est pas la seule ville à concentrer l'attention des policiers et des gendarmes. Bayonne, Hendaye, Anglet ou encore Irun, de l'autre côté de la frontière, pourraient devenir des points de chute pour des manifestants refoulés du centre-ville de Biarritz.

5 personnes ont été arrêtées lundi

Quatre hommes et une femme ont été interpellés hier dans différentes régions de France, à Tours, dans le Loiret, les Landes et en Bretagne, selon des informations de BFMTV confirmées par RTL.

À lire aussi
Des casseurs se sont mêlés aux "gilets jaunes" samedi 1er octobre aux abords des Champs-Élysées. manifestations
Les infos de 7h30 - Grève du 5 décembre : le prefet veut "empêcher les casseurs de casser"

Ces cinq personnes projetaient de "cramer l'hôtel" où des gendarmes mobiles doivent loger à l'occasion du G7. Repérés sur les réseaux sociaux, où ils ont évoqué la localisation des forces de l'ordre et incité les lecteurs à aller incendier l'hôtel. Tous sont connus des services de renseignement pour appartenir à la mouvance anarcho-autonome. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité G7 Biarritz
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants