2 min de lecture Faits divers

Essonne : un tir policier de LBD blesse un jeune de 19 ans à l'oeil

Après plusieurs affrontements entre policiers et émeutiers dans la nuit de samedi 22 à dimanche 23 février, deux enquêtes ont été ouvertes, dont une de l'IGPN.

Un policier français braque un LBD 40, le 9 février 2019
Un policier français braque un LBD 40, le 9 février 2019 Crédit : Zakaria ABDELKAFI / AFP
Venantia
Venantia Petillault et AFP

Tout a commencé par un contrôle de police qui a dégénéré. Un homme de 19 ans a été gravement blessé à l’œil par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) lors d'échauffourées samedi 22 février au soir entre jeunes et policiers à Brunoy (Essonne), a indiqué lundi le parquet d'Evry.

Vers 23 heures, une patrouille de policiers a voulu contrôler plusieurs jeunes qui ont pris la fuite dans le quartier sensible des Hautes-Mardelles, selon la même source. "Les policiers ont ramassé une chicha et un pass Navigo laissés sur place", ce qui a provoqué la colère des jeunes qui ont cherché à les récupérer, a précisé Caroline Nisand, procureure d'Evry.

Plusieurs pavés ont été lancés en direction des policiers avant un bref retour au calme. Un peu plus tard dans la nuit, une dizaine de personnes s'en sont pris aux forces de l'ordre maintenues sur place pour assurer le calme dans le quartier. "Ils ont monté des barricades. Il y a eu des jets de pierres, des jets de bouteilles et de parpaings", a détaillé la procureure. Les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes et de LBD. L'un d'eux a atteint un jeune de 19 ans à la tête.

Une seconde enquête menée par l'IGPN

Il a été hospitalisé et est gravement blessé à l’œil mais ses jours ne sont pas en danger. Le parquet a ouvert deux enquêtes : une concernant les jets de projectiles, a été confiée à la Sûreté départementale de l'Essonne. La seconde sera menée par la "police des polices", l'IGPN, pour déterminer les circonstances de la blessure à l’œil du jeune homme.

À lire aussi
Un commissariat de police (illustration) faits divers
Yvelines : en confinement, un étudiant d'HEC met fin à ses jours

Tout comme celui des grenades de désencerclement, l'usage par les forces de l'ordre des LBD, responsables de blessures parfois graves, est régulièrement dénoncé par ceux qui ont accusé la police de violence excessive lors des mouvements sociaux de ces derniers mois, notamment celui des "gilets jaunes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Police Essonne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants