1 min de lecture Faits divers

Essonne : un homme interpellé après des soupçons de menaces près d'une école

Un homme a été interpellé par la police, ce mercredi 4 novembre, après avoir proféré des menaces près d'une école primaire d'Athis-Mons.

L'homme s'est accusé auprès de policiers, à proximité de l'Élysée à Paris.
L'homme s'est accusé auprès de policiers, à proximité de l'Élysée à Paris. Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et Thomas Prouteau

Une vive inquiétude a gagné une école primaire en Essonne, dans la commune d'Athis-Mons. Un homme a été interpellé, dans la matinée de ce mercredi 4 novembre, après qu'une enseignante l'a entendu menacer de "venger le prophète" ce lundi 7h30, jour de l'hommage à Samuel Paty, a-t-on appris d'une source proche du dossier, confirmant une information du Parisien. Toutefois, présenté formellement à l'enseignante, l'homme n'a finalement pas été reconnu par celle-ci. Depuis le départ, il niait les faits. 

L'homme n'était pas accusé d'avoir proféré des menaces directement envers les professeurs mais à la cantonade, selon les informations de RTL, et ce alors qu'il passait en jogging, selon le témoignage de la professeur qui avait averti les policiers. Ce mercredi matin, à la même heure, elle avait désigné aux policiers un joggeur qui serait le même homme. C'est lui qui avait été placé en garde à vue.

Depuis la republication début septembre de caricatures du prophète Mahomet par Charlie Hebdo, trois attaques terroristes ont été commises en France, dont celle contre Samuel Paty, un enseignant d'histoire-géographie de Conflans-Sainte-Honorine, décapité le vendredi 16 octobre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers École Menaces
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants