1 min de lecture Faits divers

Rassemblements et marche blanche en mémoire de Julie Douib, abattue en Corse

La jeune femme de 34 ans a été abattue le 3 mars dernier à l'Île-Rousse, en Corse. Son ex-conjoint est le principal suspect du drame.

>
Une marche blanche en mémoire de Julie Douib, abattue en Corse Crédit Image : Mélina Facchin pour RTL | Crédit Média : La rédaction du 19.45 | Date :
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Une marche blanche est organisée ce samedi à Vaires-sur-Marne, en Seine-et-Marne, en l'honneur de la mémoire de Julie Douib, une jeune mère de famille de 34 ans décédée dimanche dernier après avoir été abattue à l’Île-Rousse (Haute-Corse). Son ex-conjoint est soupçonné d'être l'auteur des coups de feu.

L'humoriste et actrice Muriel Robin est présente à la marche, en tête d'un cortège composé d’environ 500 personnes, selon notre envoyée spéciale sur place. Connue pour son engagement contre les violences faites aux femmes, elle avait notamment médiatisé son combat en campant le rôle de Jacqueline Sauvage dans le film Jacqueline Sauvage : c’était lui ou moi

Originaire de Vaires-sur-Marne où vivent toujours ses parents, Julie Douib y a passé son enfance et son adolescence avant de s'installer en Corse, il y a une dizaine d'années. "Ce n'est pas possible qu'elle meure dans l'indifférence", s'indigne Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes.

Un autre marche silencieuse a débuté à l'Ile Rousse vers 14h00 depuis la résidence où vivait la victime avec ses deux enfants, deux garçons de 8 et 10 ans. Elle s'est achevée une heure plus tard face à la Méditerranée par un lancer de roses blanches dans la mer. 

À lire aussi
Une voiture passe devant un radar (illustration) faits divers
Drôme : il tente de fuir les gendarmes à 240 km/h et tombe en panne d’essence

"Elle n'a pas été suffisamment protégée", s'était emportée la secrétaire d'Etat à l'égalité hommes-femmes Marlène Schiappa, interpellée sur Twitter par une élue locale : "On passe notre temps à dire aux femmes qu'elles doivent parler, qu'elles doivent déposer plainte, (...), et là nous avons une femme qui courageusement avait parlé, était allée voir les forces de l'ordre, et ça n'a rien donné". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Corse Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants