1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Collision à Millas : le passage à niveau, "au cœur du problème" selon Alain Vidalies
1 min de lecture

Collision à Millas : le passage à niveau, "au cœur du problème" selon Alain Vidalies

INVITÉ RTL - Alain Vidalies ancien secrétaire d'État aux Transports, revient sur la collision entre un train et un bus à Millas et notamment sur le fonctionnement des passages à niveau en France.

À Millas, un TER a percuté un bus scolaire le 14 décembre 2017
À Millas, un TER a percuté un bus scolaire le 14 décembre 2017
Crédit : RAYMOND ROIG / AFP
Collision à Millas : le passage à niveau, "au cœur du problème" selon Alain Vidalies
05:54
micros
La rédaction numérique de RTL

Après la collision entre un train et un bus scolaire à Millas (Pyrénées-Orientales) les questionnements demeurent sur l'explication de ce drame qui a coûté la vie à cinq enfants.

Alain Vidalies, ancien secrétaire d'État aux Transports de 2014 à 2017, commente au micro de RTL le fonctionnement du passage à niveau, qui "est le cœur du problème" selon lui. Les témoignages sont contradictoires concernant l'accident, même si le procureur de Marseille a déclaré, vendredi 15 décembre, qu' ils allaient "très majoritairement" dans le sens du fait que les "barrières (étaient) fermées".

L'ancien secrétaire d'État aux Transports revient sur les témoignages contradictoires et le début de l’enquête. "C'est dommage que 24 heures après ce drame, la polémique enfle avec des déclarations. Il faut faire attention aux réactions immédiates et à chaud. Le travail des enquêteurs apportera la vérité. Il faut de la rigueur" affirme Alain Vidalies, "tout en pensant aux victimes et à l'ensemble des Français par rapport à un questionnement qui est légitime pour savoir ce qu'il s'est passé".

Le problème est connu : les passages à niveau. Il y en a 15.000 en France encore en 2017. Trois facteurs peuvent être à l’origine de ce type d'accident selon Alain Vidalies : "Le facteur environnemental, le facteur humain (98% des cas) et celui de la configuration (défaillance technique)". Six à sept passages à niveau sont supprimés chaque année, "ce sont des travaux considérables" selon l'ancien secrétaire d'État aux Transports. "C'est extrêmement difficile. Ce sont des centaines de millions d'euros qui sont engagés, des expropriations peuvent aussi compliquer les démarches".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/