1 min de lecture Faits divers

Chevaux mutilés et tués : le portrait-robot d'un suspect diffusé

La gendarmerie a diffusé un portrait-robot d'un des suspects d'une agression commise sur des poneys de l'Yonne le 24 août dernier.

Dernier cas en date, une double ponette a été retrouvée mutilée mais en vie dans un pré de Droiturier (Allier) le 29 août.
Dernier cas en date, une double ponette a été retrouvée mutilée mais en vie dans un pré de Droiturier (Allier) le 29 août. Crédit : ADRIAN DENNIS / AFP
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste RTL

Les propriétaires de chevaux sont en alerte depuis qu'une trentaine d'agressions ont eu lieu depuis le début de l'année. Des chevaux ont été mutilés et parfois tués principalement en Saône-et-Loire. Face à ces agressions qui prennent de plus en plus d'ampleur, la gendarmerie de l'Yonne a diffusé un portrait-robot d'un des suspects.

"Dans la soirée du 24 août 2020, sur le département de l’YONNE à VILLEFRANCHE SAINT PHAL commune de CHARNY OREE DE PUISAYE (89120), deux individus sont surpris dans une propriété privée. Ils ont le temps de commettre des actes de cruauté sur deux poneys avant de prendre la fuite", écrit la gendarmerie sur Facebook.

"Dans le cadre de l’enquête ouverte, un portrait robot d’un des deux individus a été réalisé", est-il précisé dans ce post, où est joint le portrait d'un homme aux cheveux courts, bruns et aux yeux marrons. 

Dans une autre publication, les gendarmes de l'Yonne partagent les recommandations à suivre face à ces agressions. Ils préconisent d'effectuer "une surveillance quotidienne des chevaux aux pré", d'éviter "de laisser un licol quand l'animal est au pré" ou recommandent si possible de poser des caméras de surveillance.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Saône-et-Loire Yonne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants