1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Béziers : trois policiers en garde à vue après la mort d'un interpellé
1 min de lecture

Béziers : trois policiers en garde à vue après la mort d'un interpellé

VU DANS LA PRESSE - Mohamed Gabsi était décédé en avril après son interpellation. La version des policiers est remise en cause, ils ont été placés en garde à vue ce jeudi 17 décembre.

La police municipale (illustration)
La police municipale (illustration)
Crédit : Fred TANNEAU / AFP
Béziers : trois policiers en garde à vue après la mort d'un interpellé
01:28
Coline Daclin

Trois policiers de Béziers ont été placés en garde à vue jeudi 17 décembre après la mort d'un homme en avril dernier, qui avait été interpellé. Mohamed Gabsi, âgé de 33 ans et père de trois enfants, avait été arrêté à l'issue d'un contrôle lié au confinement. Selon les policiers, l'interpellé avait résisté et adopté "un comportement très agressif".

L'enquête a été confiée aux policiers de la sûreté départementale de Montpellier et, mi-avril,  une information judiciaire a été ouverte sous la direction d'un magistrat instructeur du tribunal judiciaire de Béziers, selon le journal Le Parisien.

"Un policier municipal se serait alors assis sur les fesses de l'individu encore très excité dans le but de le maintenir jusqu'à sa conduite" au commissariat, selon le récit du procureur.
"Il se serait calmé au cours du bref transport, les trois policiers affirmant l'avoir entendu 'ronfler', leur laissant penser qu'il s'était endormi", a-t-il relaté. Mais à leur arrivée dans la cour du commissariat, "l'individu interpellé était inconscient", et les gestes de secours prodigués par des policiers puis par les secours l'ont été "en vain".

Selon les informations du Parisien, la version des policiers est depuis contredite par l'audition de certains témoins. Certains auraient notamment soutenu avoir vu un agent à genoux sur la tête de Mohamed Gabsi, ou encore qu'un agent avait enfoncé ses deux genoux dans le cou de la victime.

À lire aussi

Selon les premières expertises menées, rapportées par le quotidien, la victime présentait des signes d'une consommation récente de stupéfiants, et était en mauvais état de santé. "Une compression cervicale antérieure gauche par une surface large" aurait aussi été observée.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/