1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Besançon : un surveillant de prison en cause dans un trafic de produits prohibés
1 min de lecture

Besançon : un surveillant de prison en cause dans un trafic de produits prohibés

Un surveillant pénitentiaire de la maison d’arrêt de Besançon a été mis en examen ce vendredi 27 août pour avoir fait pénétrer dans l’établissement des produits prohibés, alimentant un trafic entre détenus.

Un surveillant de prison (illustration)
Un surveillant de prison (illustration)
Crédit : Photo J.-F. O
Quentin Marchal & AFP

Un surveillant pénitentiaire de la maison d'arrêt de Besançon a été mis en examen ce vendredi 27 août pour avoir fait pénétrer dans l'établissement des produits prohibés, alimentant un trafic entre détenus, a annoncé le procureur de la ville. Cet homme de 56 ans sans antécédent judiciaire, mis en examen pour "corruption passive", a été placé sous contrôle judiciaire.

Il avait été interpellé en flagrant délit jeudi vers 06h du matin alors qu'il était entré dans l'établissement pour prendre son service avec un grand sac contenant de l'alcool, des chichas, des téléphones et de la nourriture, a précisé le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux, lors d'une conférence de presse. 

Une perquisition à son domicile a permis de découvrir d'autres sacs prêts à être acheminés. Le surveillant a reconnu avoir fait pénétrer plus d'une dizaine de sacs contenant des biens prohibés dans l'enceinte carcérale depuis début 2021 en échange d'une centaine d'euros par sac. En revanche, il a affirmé n'avoir jamais fait entrer de stupéfiants ou d'armes.

"Il dit qu'il a basculé en cédant à la demande d'un détenu, pour assurer la pérennité des études de ses cinq enfants. Il décrit un engrenage dramatique duquel il n'a pas pu se désengager", indique Étienne Manteaux, jugeant néanmoins "particulièrement important qu'un fonctionnaire devenu délinquant soit mis hors d'état de nuire".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/