2 min de lecture Faits divers

Jeune musulman agressé à Belfort : où en est l’enquête ?

ÉCLAIRAGE - Selon le procureur de Belfort, le jeune homme de 20 ans n'aurait pas été agressé pour avoir fêté Noël ni parce que ses parents sont policiers.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Jeune musulman agressé à Belfort : où en est l'enquête ? Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Dimitri Rahmelow édité par Florine Boukhelifa

L'enquête se poursuit après l'agression d'un jeune musulman le soir de Noël. Contrairement à la version donnée par la victime après les faits, le procureur de Belfort assure dans un communiqué, diffusé lundi 28 décembre, que l'altercation n'a pas eu lieu parce que le jeune homme avait fêté Noël, ni parce que ses parents sont policiers

Vendredi 25 octobre, le plaignant publie une photo de son réveillon en famille sur ses réseaux sociaux. Un jeune homme de 18 ans lui demande alors s'il célèbre Noël, "sans allusion à une éventuelle pratique religieuse", précise le procureur. S'en suit une conversation houleuse, mêlant invectives et injures. L'auteur des messages s'est présenté de lui-même au commissariat de Belfort. Après plusieurs heures de garde à vue, il a été remis en liberté dimanche 27 décembre.

Deux autres personnes âgées de 18 et 20 ans, soupçonnées de l'avoir accompagné au moment de l'altercation, ont aussi été entendues par les enquêteurs. Selon les témoignages, l'un d'eux serait à l'origine du premier coup porté lors de l'altercation. "Le plaignant s'est (...) retrouvé au sol après ce premier coup et lui ont alors été assénés de nouveaux coups, occasionnant des dermabrasions au niveau du dos et une plaie au nez, sans fracture", indique le procureur.

Aucun lien établi avec la profession des parents

De son côté, la victime était elle-aussi accompagnée par deux amis lors de la rencontre. L'un d'eux s'est présenté au commissariat de Belfort dimanche 27 décembre pour "rétablir la vérité". Après avoir livré une version proche de celle rapportée par la presse, ce témoin a été mis face aux contradictions existantes entre son discours et celui des autres personnes entendues.

À lire aussi
faits divers
Nîmes : un mort dans une fusillade au fusil d'assaut

Il a alors "reconnu avoir menti sur le nombre de personnes ayant porté des coups, maintenant toutefois avoir entendu des insultes notamment en relation avec la profession de policier", a-t-il été précisé.

Après quatre jours d'enquête, "il ne peut donc pas être affirmé que la qualité de fils de policier serait à l'origine des violences ou en aurait été un élément déterminant", estime le procureur de Belfort.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Belfort Police
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants