2 min de lecture Justice

Attentats à Paris : Mohamed Abrini inculpé en France

Mohamed Abrini est un des organisateurs présumés des attentats du 13 novembre, ainsi que de ceux de Bruxelles. Il est entendu par un juge d'instruction à Paris, ce lundi 30 janvier.

Mohamed Abrini a fait l'objet d'un mandat d'arrêt international mardi 24 novembre
Mohamed Abrini a fait l'objet d'un mandat d'arrêt international mardi 24 novembre Crédit : Police fédérale belge
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Mohamed Abrini a été entendu lundi 30 janvier, par l'un des six juges d'instruction chargés de l'enquête sur les attentats du 13 novembre. Il a été remis à la France pour la journée, afin de se voir signifier sa mise en examen au palais de Justice de Paris, où il est arrivé escorté par le GIGN. "Le juge d'instruction ne lui a pas posé de questions", ont déclaré ses avocats, Me Emmanuel Pierrat et Me Stanislas Eskenazi. Le Belge-marocain, soupçonné d'être "l'homme au chapeau", lors de l'attentat de Bruxelles va ainsi passer 24 heures en France.


Arrêté en Belgique le 8 avril dernier, Mohamed Abrini a depuis été placé en détention provisoire à la prison de Nivelles en Belgique. Il a grandi à Molenbeek et est un ami d'enfance des frères Abdeslam et d'Abdelhamid Abaaoud et s'était rendu en Syrie en 2015. Mohamed Abrini avait d'abord été identifié comme l'un des suspects-clés des attentats de Paris et de Saint-Denis, qui ont fait 130 morts, en apparaissant sur des images de vidéosurveillance en compagnie de Salah Abdeslam, deux jours avant les attaques, à bord de la Clio noire qui devait servir à emmener les kamikazes au Stade de France.

Un transfert express

En cavale pendant plusieurs mois, il avait reconnu après son arrestation être l'"homme au chapeau" que l'on voit sur les images de vidéosurveillance de l'aéroport de Bruxelles le 22 mars accompagner deux jihadistes avant qu'ils ne commettent leur attentat kamikaze. L'attaque du 22 mars dans le métro et à l'aéroport de la capitale belge avait fait 32 morts.

Le transfert ne devrait pas dépasser 24 heures et aucun mandat de dépôt ne sera délivré contre le suspect selon les termes de l'accord signé entre Frédéric Van Leeuw, le procureur fédéral belge, et François Molins, le procureur de la République de Paris début janvier. 

À lire aussi
justice
Attentats du 13 novembre : un Algérien visé par une enquête en Italie

Ses avocats ont déploré que Mohamed Abrini soit poursuivi à la fois en France et en Belgique pour les attentats de Paris, Bruxelles ayant aussi ouvert une procédure de son côté. "Des Etats de droit, en l'occurrence la France et la Belgique, peuvent-ils juger un justiciable deux fois pour les mêmes faits?", demandent-ils, ce qui selon eux soulève des "problèmes de procédure inextricables".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Attentats à Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants