1 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : la justice refuse de lever la vidéosurveillance 24 heures sur 24 pour Salah Abdeslam

Salah Abdeslam, seul jihadiste encore en vie des commandos du 13 novembre, avait réclamé la suspension de la vidéosurveillance permanente effective dans sa cellule.

Salah Abdeslam est incarcéré à la prison de Fleury-Merogis (Essonne).
Salah Abdeslam est incarcéré à la prison de Fleury-Merogis (Essonne). Crédit : DSK / POLICE NATIONALE / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et AFP

La justice administrative a rejeté, vendredi 15 juillet, la requête de Salah Abdeslam, seul jihadiste encore en vie des commandos du 13 novembre. Incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis, il demandait la suspension du dispositif de vidéosurveillance permanente de sa cellule au nom du respect de sa vie privée.
 
Dans leur ordonnance, consultée par l'AFP, les trois juges des référés du tribunal administratif de Versailles soulignent qu'il n'y a pas d'urgence à statuer, expliquant notamment que la décision de filmer Salah Abdeslam en permanence a été "précédée d'une procédure contradictoire". 

L'ordonnance précise par ailleurs que les attentats de novembre "nécessitent la prise de dispositions exceptionnelles en vue de s'assurer contre les risques" d'évasion ou de suicide du détenu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Salah Abdeslam Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants