2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : comment s'est déroulé l'assaut au Bataclan minute par minute

REPLAY - Il est 00:18 quand la police donne l'assaut dans un petit couloir au premier étage du Bataclan.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Attentats à Paris : comment s'est déroulé l'assaut au Bataclan minute par minute Crédit Image : Capture d'écran / TIME | Crédit Média : Damien Delseny | Durée : | Date : La page de l'émission
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Deux longues heures s'écoulent avant que la police donne l'assaut au Bataclan, plus grosse scène de carnage parmi les lieux des attaques qui ont touché Paris vendredi 13 novembre. La première colonne de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) arrive dans la salle à 22h15. Tout est alors figé, plus un bruit. Les hommes de la Brigade anti-criminalité (BAC) qu'ils ont croisés dans le hall - ceux qui sont intervenus en premiers - leur confirment qu'ils viennent de tirer sur le terroriste présent sur la scène et qu'il a explosé.


Au pied de la scène, dans la fosse, se trouve un amas de corps. Des morts, des blessés et des vivants qui font les morts. Pendant de longues minutes, la BRI progresse lentement. "Il y avait des corps, des gens cachés dans les moindres recoins, des téléphones qui vibraient, et du sang, beaucoup de sang", se souvient un policier. "On faisait sortir ceux qui le pouvaient", ajoute-t-il.

23h15 : l'arrivée devant une porte du premier étage

Vers 23h15, les hommes de la BRI butent face à une porte du premier étage. Ils entendent tout de suite un homme crier. Il s'agit d'un otage que les terroristes utilisent comme un porte-voix. "Ils sont deux ils ont des ceintures explosives, reculez !" La colonne de la BRI s'arrête. Quelques minutes s'écoulent et l'un des ravisseurs donne un numéro de portable au négociateur de la police. Entre 23h30 et minuit, ils auront cinq conversations ensemble. Très vite, les policiers comprennent le dessein des terroristes. "Ils voulaient qu'on s'en aille mais que des journalistes nous remplacent", raconte l'un d'entre eux. Les terroristes voulaient un massacre télévisé. À partir de cet instant, l'assaut est inéluctable.

00h18 : un déluge de balles

Un policier de la BRI confie qu'il était sûr, à ce moment, que lui ou plusieurs de ses collègues ne sortiraient pas vivants du Bataclan. Mais il n'y avait pas d'autre choix. Derrière la colonne d'assaut qui s'organise, des médecins sont prêts. À 00h18, l'un des terroristes téléphone au négociateur à nouveau. "On s'est dit qu'on aurait une petite seconde d'effet de surprise, alors on entre", explique un policier. Survient alors un déluge de balles : 27 impacts sont relevés dans le bouclier qui protège les hommes de la BRI. 

À lire aussi
Le procès des attentats de janvier 2015 se tient au palais de justice de Paris (illustration) Attentats à Paris
Attentats de janvier 2015 : le principal accusé continue de nier toute implication

Pas question de répliquer, il ne faut pas risquer de tuer un otage dans l'étroit couloir. Pendant que les terroristes tirent, leurs otages parviennent à ramper, certains passent sous le bouclier. "Ils étaient dans nos pieds, on essaie de les sortir par l'arrière", raconte un policier. Une fois qu'ils sont tous évacués, la BRI décide d'éliminer les deux terroristes. Un seul tir, la ceinture d'un des terroristes se déclenche : l'assaut est fini.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Police Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants