Attentats à Paris : retenu en otage au Bataclan, il révèle la discussion avec les terroristes

REPLAY / DOCUMENT RTL - Sébastien, qui était au Bataclan vendredi 13 novembre, est resté pendant plus de deux heures à discuter avec les terroristes qui avaient investi la salle de concert parisienne.

Le Bataclan vendredi 13 novembre 2015 >
6 minutes pour trancher du 17 novembre 2015 Crédit Image : AFP | Crédits Média : Yves Calvi | Durée : | Date :
1/

Sébastien, qui assistait vendredi 13 novembre au concert de rock au Bataclan, a été témoin de l'horreur pendant de très longues heures. Après n'avoir pas réussi à s'échapper comme d'autres, l'homme est resté 2h30 en compagnie des jihadistes qui retenaient en otage les derniers spectateurs.

"Ils nous ont fait leur prêche, leur speech, du pourquoi ils étaient là. Il nous ont expliqué que c'était les bombes larguées en Syrie qui les poussaient à être là (...) Ils nous ont emmenés dans la salle où les blessés étaient encore agonisants. Ils nous ont expliqué que ce n'était que le début et que la guerre commençait maintenant, qu'ils étaient là au nom de l'État islamique, raconte ainsi Sébastien au micro de RTL. Ensuite, il nous ont demandé si on était d'accord avec eux. Je vous laisse imaginer le silence qui a plané à ce moment-là".

Pendant ces très longues minutes, les assaillants ont expliqué pourquoi ils agissaient ainsi et ont pris à partie leurs otages, tétanisés à l'idée de formuler une réponse inadéquate. "On a hoché de la tête pour les plus timides et dit oui pour les plus téméraires" (...) Ensuite, les terroristes ont demandé aux otages de crier à la police de ne pas s'approcher "parce que sinon, il feraient péter leur ceinture d'explosifs".

Les vrais héros, ils sont morts

Sébastien, retenu en otage au Bataclan

Ils ont aussi tendu une liasse de billets à Sébastien et lui ont demandé s'il avait du feu, afin de "voir si l'argent avait de l'importance à mes yeux". L'otage raconte "s'être senti comme Gainsbourg à ce moment-là, sauf que j'étais obligé de le faire (...) Donc voilà, il y a eu une sorte d'échange quand même. Les otages m'ont remercié à la fin. Ce n'est pas pour me faire passer pour un héros. Les vrais héros, ils sont morts".
"Trois jours plus tard, on y pense encore, et ces conversations là, en fait elles sont marquées du sceau de l'urgence, c'est à dire qu'à tout moment une parole déplacée ou mal interprétée peut provoquer la mort. C'est à ce moment là qu'on l'accepte, c'est quand on voit qu'ils s'énervent parce qu'on leur répond, c'est quand on voit qu'ils manquent d'humour".

Mais que voulaient-ils vraiment ? "Ça c'est la vraie question qu'on se pose encore, nous les otages (...) La seule vraie demande qu'ils ont formulé au travers des quatre ou cinq appels qu'ils ont eu, c'est que les policiers reculent et ne s'approchent pas en tout cas. On en a conclu qu'ils avaient voulu sauver leur vie, mais ça nous paraît tellement peu probable après le carnage qu'ils ont fait..."

J'ai l'impression d'être né une deuxième fois

Sébastien, retenu en otage au Bataclan

Sébastien a-t-il réussi a effacé l'image de la kalachnikov pointée sur lui ? "Ce n'est pas l'image que je retiendrai, assure-t-il. À partir du moment où il a commencé à parler, j'ai commencé à me dire que j'étais peut-être destiné à vivre, parce que c'était tellement facile de me tuer à ce moment-là. J'étais à sa merci. Cette image là, elle me restera gravée, mais elle restera aussi gravée comme le début de l'espoir, aussi paradoxal que ça puisse paraître, puisque jusque-là, j'avais fui, je voulais me cacher et à partir du moment où ils m'ont trouvé, ils n'ont pas voulu me tuer. Ça a été ça ma chance.

Finalement, il a appris que "la vie tenait à un fil et qu'il fallait l'apprécier, qu'il n'y avait rien de grave tant qu'on était vivant". Et qu'a-t-il appris des terroristes ? "Pas grand chose. Qu'ils avaient besoin certainement d'un idéal que le monde occidental dans lequel ils vivaient, puisque c'était des Français, ne leur offrait pas. Ils ont trouvé un idéal mortuaire, de vengeance, de haine, de terreur (...) Ils ont réalisé trop tard que la vie était importante. Moi aujourd'hui, je peux réaliser que chaque moment que je passe avec mes proches est un bonus, une bénédiction (...) J'ai l'impression d'être né une deuxième fois".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7780536329
Attentats à Paris : retenu en otage au Bataclan, il révèle la discussion avec les terroristes
Attentats à Paris : retenu en otage au Bataclan, il révèle la discussion avec les terroristes
REPLAY / DOCUMENT RTL - Sébastien, qui était au Bataclan vendredi 13 novembre, est resté pendant plus de deux heures à discuter avec les terroristes qui avaient investi la salle de concert parisienne.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-a-paris-retenu-en-otage-au-bataclan-il-revele-la-discussion-avec-les-terroristes-7780536329
2015-11-17 08:16:00
http://media.rtl.fr/cache/NTvmJqiyxiazAQaWBj_8bQ/330v220-2/online/image/2015/1117/7780535770_le-bataclan-vendredi-13-novembre-2015.jpg