Attentats à Paris : au moins 129 morts, deux kamikazes identifiés, première vague d'interpellations

La France a essuyé l'attaque terroriste la plus sanglante de son histoire vendredi soir à Paris.

Les policiers autour du Bataclan samedi 14 novembre 2015
Crédit : AFP
Les policiers autour du Bataclan samedi 14 novembre 2015

Après l'horreur, place au recueillement et à l'unité nationale. François Hollande reçoit dimanche les chefs de partis, deux jours après les attentats les plus meurtriers de l'histoire de France. Au moins 129 morts et 352 blessés : les attaques perpétrées vendredi soir à Paris, revendiquées par l'État islamique, sont sans précédent. Le président, qui a qualifié les attentats d'"acte de guerre", a décrété deux mesures exceptionnelles (un deuil national de trois jours et l'état d'urgence) et décidé de porter à 3.000 le nombre de renforts militaires déployés en France. Sur le front extérieur, la France, engagée militairement en Syrie et en Irak, "frappera" Daech pour le "détruire", a renchéri le Premier ministre Manuel Valls.

>> Suivez notre édition spéciale RTL en direct 

Terrasses vides, trottoirs déserts, rideaux tirés, le silence régnait samedi soir dans les rues de Paris. En dépit de l'interdiction des manifestations à Paris jusqu'à jeudi, quelques centaines de personnes se sont tout de même rassemblées samedi soir place de la République, haut lieu de la mobilisation post-Charlie, où la devise de la capitale "Fluctuat nec mergitur" ("Il est battu par les flots mais ne sombre pas") a été peinte en grand. De nombreuses personnes se sont également recueillies à travers le pays pour rendre hommage aux victimes.

Les enquêteurs des services antiterroristes ont déjà identifié deux des assaillants. L'un, qui a participé à la prise d'otages sanglante dans le Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï, est un Français de 29 ans. Né à Courcouronnes (Essonne), en banlieue parisienne, il était fiché pour sa radicalisation islamiste depuis 2010, mais n'avait "jamais été impliqué dans un dossier de filière ou d'association de malfaiteurs terroriste", selon le procureur de Paris, François Molins. Les enquêteurs ont par ailleurs mis la main, près du corps d'un kamikaze du Stade de France, sur un passeport syrien appartenant à un migrant enregistré en Grèce, selon Athènes, mais inconnu des services français. Outre cette piste syrienne, l'enquête a mis au jour une piste belge. Trois personnes ont été arrêtées par les autorités belges. Parmi elles, l'homme qui avait loué la Polo noire des kamikazes retrouvée garée devant le Bataclan, théâtre de la plus meurtrière des attaques.

>> Retrouvez les événements de la nuit du 13 au 14 novembre de 21h17, heure de la première explosion près du Stade de France à 9h du matin samedi 14 novembre.

>> Retrouvez les événements, analyses et réactions au lendemain des attaques de Paris

Un numéro vert d'information a été mis en place : le 0800.40.60.05La mairie de Paris a demandé aux habitants de rester chez eux, tandis que l'état d'urgence a été décrété par François Hollande sur l'ensemble du territoire.

Le déroulement en direct des événements

08h00 - Les chefs d'État et de gouvernement réunis en Turquie pour un sommet du G20 ont prévu de s'exprimer ce dimanche en réaction aux attaques meurtrières.

07h53 - Sur la rue de Charonne, 19 personnes ont été tuées par les terroristes. Une automobiliste, Laura, a réussi à s'échapper. Elle a témoigné sur RTL : "C'est horrible ce moment où il te regarde et tu sais qu'il va te tirer dessus. Ce que j'ai vu, c'est son regard. Et c'est clair, il voulait nous tuer".

07h50 - Toute la rédaction de RTL est mobilisée pour vous faire vivre ces événements en édition spéciale.

07h32 - Les premiers éléments de l'enquête laissent penser que l'opération des trois équipes de terroristes était parfaitement millimétrée. Les tireurs étaient semblent être entraînés au maniement des armes. Ils disposaient d'ailleurs d'un arsenal conséquent et en parfait état de marche.

07h22 - Mamoun Abdelali, l'imam d'Alfortville, a fait part sur RTL de l'état d'esprit des fidèles qu'il côtoie : "Ils sont sous le choc et l'émotion de la tristesse face à ces atrocités perpétrées au nom de leur religion qu'ils ont toujours appris comme étant une religion d'amour, de paix et de tolérance. Là on voit aussi comment cette religion peut être instrumentalisée et devenir un mobile pour commettre des tueries, ici, chez nous en France, ce pays que nous aimons".

07h12 - À Molenbeek, en Belgique, trois personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête. Cette commune bruxelloise se construit une sale réputation depuis quelques années. Ayoub El-Khazzani, l'auteur de l'attaque dans un Thalys Amsterdam-Paris, et Mehdi Nemmouche, qui avait visé le musée juif de Bruxelles, y ont notamment séjourné. "Il y a eu trop de tolérance. On a laissé faire (...) et s'installer sur Molenbeek des foyers islamistes radicaux", dénonce Claude Moniquet, spécialiste du terrorisme, sur Bel RTL. 

06h59 - Aux États-Unis, lors d'un débat des primaires du parti démocrate pour la présidentielle de 2016, Hillary Clinton a appelé le monde à s'unir pour "détruire l'idéologie jihadiste radicale qui anime des organisations comme l'État islamique, un groupe terroriste violent, barbare, sans pitié".

06h36 -  Pourquoi la France est une cible privilégiée des jihadistes ? Après les attentats de Charlie Hebdo en janvier, l'attentat en Isère en juin et l'attaque dans un Thalys effectuant la liaison Amsterdam-Paris en août, les drames se sont enchaînés sur le sol français.

06h21 - Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian dénonce un "acte de guerre" commis par le groupe État islamique et estime que "notre stratégie de défense doit s'adapter". Selon lui, la France doit "combattre partout sans relâche" cette "véritable armée terroriste". Il faudrait pour cela viser "l'ensemble des capacités de Daesh".


05h45 - Les attentats toujours à la une des journaux. Le vendredi 13 novembre s'affiche une nouvelle fois en Une des journaux français et étrangers. Après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis, le "deuil", la "guerre", la "terreur" et les "larmes" s'affichent en couvertures de nombreux médias

Crédit : Capture d'écran / La Provence
La Provence, en noir, détourne La Marseillaise

05h15 - Le frère d'Omar Ismaïl Mostefaï était "sans nouvelles depuis des mois". Le père et le frère d'Omar Ismaïl Mostefaï, l'un des quatre kamikazes du Bataclan, ont été placés en garde à vue samedi 14 novembre dans la soirée. Le frère s'est présenté spontanément, en fin d'après-midi au commissariat d'Évry avant d'être placé en garde à vue. Ce dernier a assisté, menotté, aux perquisitions. Nicols Burnens, notre reporter sur place, a pu s'entretenir quelques minutes avec lui avant l'intervention des forces de l'ordre. 

04h30 - Qui sont les deux kamikazes identifiés Les enquêteurs ont désormais le noms d'un Français de 29 ans et celui du détenteur d'un passeport syrien.

04h07- Deuil national de trois jours : le décret est publié au Journal officiel. Le décret du président François Hollande proclamant trois jours de deuil national jusqu'au mardi 17 novembre a été publié dimanche au Journal officiel (JO). 

3h29 - Toute la journée, des anonymes se sont rendus place de la République. Malgré les appels de la police à quitter les lieux, les Parisiens se sont arrêtés pour déposer une bougie et se recueillir jusque très tard dans la soirée.

3h25 - Ce dimanche 15 novembre, la presse française et internationale rend hommage aux victimes des attentats survenus à Paris et à Saint-Denis, ayant causé la mort d'au moins 129 personnes.

03h10 - Minute de silence au débat démocrate aux États-Unis. Une minute de silence pour honorer les victimes des attentats de Paris a marqué le début du deuxième débat pour les primaires démocrates pour la présidentielle américaine de 2016, qui se tient samedi dans le centre du pays à Des Moines.

03h07 - Le FBI envoie des agents supplémentaires en France. Le bureau fédéral d'investigation a annoncé envoyer quatre agents en France pour appuyer les enquêteurs français.

01h51 - Les engins d'artifice interdits en Ile-de-France. Le préfet de police de Paris a pris un arrêté interdisant la vente et le transport des engins d'artifice en Ile-de-France jusqu'au 16 novembre minuit. 

01h15 - Le passeport syrien retrouvé près d'un kamikaze de Saint-Denis serait un faux. La chaîne américaine CBS affirme que le nom et la photo ne correspondent pas. Les numéros ne seraient également pas conformes à ceux des passeports syriens officiels.

00h55 - Face à l'horreur, la solidarité s'est immédiatement organisée sur les réseaux sociaux. La mobilisation a permis à certains de retrouver leurs proches.

00h40 - Une troisième victime belge. Une troisième victime belge, qui possédait également la nationalité française, a été tuée dans les attaques de vendredi soir à Paris, a indiqué samedi soir le chef de la diplomatie belge. Les deux premières victimes sont un couple originaire de Liège (est), Elif Dogan, un ingénieur de 47 ans, et Milko Jozic, qui vivaient à Paris depuis 4 mois, selon le journal liégeois La Meuse. Selon le quotidien, ils habitaient dans la rue du Bataclan.

00h15 -  DÉSINTOX - Évacuation d'une partie de l'aéroport de Gatwick, piste de l'individu arrêté en Allemagne : le point sur les pistes sérieuses actuellement suivies par la police.

23h - Le père et le frère de l'un des kamikazes du Bataclan sont en garde à vue, affirme l'AFP, citant des proches de l'enquête. Des perquisitions sont en cours à leurs domiciles à Romilly-sur-Seine, dans l'Aube, et à Bondoufle, dans l'Essonne. Les opérations sont menées par la sous-direction antiterroriste et les policiers de la force d'intervention du Raid.

22h55 - Une interpellation dans l'Essonne. Selon une information de la chaîne iTélé, une personne a été interpellée samedi soir à Courcouronnes, au Sud-Est de Paris, la ville natale du terroriste identifié.

22h15 - Fausse alerte au Pullman de la Tour Eiffel. Plusieurs témoignages ont évoqué une fusillade et un important déploiement de secours et de forces de l'ordre à l'hôtel Pullman de la Tour Eiffel, avenue de Suffren, à cheval entre le XVe et le VIIe arrondissement de Paris. Il s'agissait d'une fausse alerte selon le ministère de l'Intérieur.

21h08 - Deux migrants, enregistrés en Grèce, sont recherchés par la police française dans le cadre des attentats à Paris ont été enregistrés en Grèce comme demandeurs d'asile cette année, a annoncé la police grecque. Les autorités françaises ont demandé à leurs homologues grecs de vérifier le passeport et les empreintes digitales d'un de ces hommes, et les empreintes de l'autre, dont ils pensent qu'ils ont été enregistrés en Grèce, principale porte d'entrée dans l'Union européenne pour les réfugiés notamment syriens.
20h54 - Un lieu d'accueil destiné à accueillir les familles des victimes des attentats de Paris a été ouvert sur le site de l'École militaire, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Ce centre, situé 1, place Joffre à Paris, "mobilise les cellules de soutien psychologique du Samu de l'APHP (Assistance publique - hôpitaux de Paris), du service de santé des armées et de la Sécurité civile, ainsi que les associations agréées de sécurité civile (Croix-Rouge, Protection civile)". "Les familles y reçoivent les informations utiles de la part des autorités ainsi qu'un soutien psychologique", selon le ministère qui rappelle qu'"un premier niveau de prise en charge pour les personnes impliquées est assuré depuis vendredi soir par les mairies des 10e et 11e arrondissements de Paris".

20h35 - La mobilisation pour le don du sang continue. Retrouvez la carte des établissements partout en France.

20h22 - Le Premier ministre confirme que "bien sûr (...) les élections régionales se tiendront les 6 et décembre" au 20h de TF1.


20h21 - Manuel Valls  annonce aussi vouloir expulser du territoire national "tous ces imams radicalisés"

Studio RTL >
Attentats à Paris : "Oui, nous sommes en guerre", dit Manuel Valls Crédit Image : RTL | Crédits Média : La Rédaction de RTL | Durée : | Date :
1/



20h08 - "Nos premières pensées vont vers ceux qui souffrent. Nous sommes en guerre (...) nous frapperons cet ennemi jihadiste pour le détruire", déclare Manuel Valls en direct sur TF1. "Nous avons toujours dit qu'il n'y avait pas de risque zéro et que des attentats pouvaient se produire de nouveau". Le Premier ministre a aussi annoncé que l'état d'urgence sera "sans doute" prolongé.



19h36 - Au Liban, le chef du Hezbollah condamne "fermement" les attentats de Paris.

19h20 - François Molins, procureur de Paris, évoque "très vraisemblablement trois équipes de terroristes coordonnées".  Les "terroristes" ayant perpétré l'attaque de la salle de spectacle du Bataclan à Paris vendredi soir ont évoqué la Syrie et l'Irak, selon des témoignages cités par le procureur. Au total, plusieurs centaines de tirs ont été comptabilisés sur les différentes scènes des attaques dans les Xe et XIe arrondissements de Paris, a précisé le procureur, François Molins, lors d'une déclaration à la presse. Ce dernier a ajouté que les trois hommes interpellés en Belgique étaient inconnus des services français.

>
Attaque au Bataclan : les "terroristes" ont évoqué la Syrie et l'Irak, affirme le procureur de la République de Paris Crédit Image : RTL Crédit Média : La rédaction de RTL

18h49 - Manuel Valls sera l'invité du journal de 20h de TF1.

18h35 - Le ministre de la Justice belge annonce plusieurs arrestations à Bruxelles.
18h25 - Le ministère de l'Intérieur, sur son compte Twitter, rappelle les mesures de l'état d'urgence et les différents numéros d'urgence au service de la population.

>> Retrouvez les événements de la nuit du 13 au 14 novembre de 21h17, heure de la première explosion près du Stade de France, à 9h du matin samedi 14 novembre.


>> Retrouvez les événements, analyses et réactions au lendemain des attaques de Paris

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780515118
Attentats à Paris : au moins 129 morts, deux kamikazes identifiés, première vague d'interpellations
Attentats à Paris : au moins 129 morts, deux kamikazes identifiés, première vague d'interpellations
La France a essuyé l'attaque terroriste la plus sanglante de son histoire vendredi soir à Paris.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/en-direct-attentats-a-paris-129-morts-352-blesses-dont-99-en-etat-d-urgence-absolue-selon-un-nouveau-bilan-provisoire-7780515118
2015-11-14 19:49:00
http://media.rtl.fr/cache/QQwY07nBwKqir_Sivg0Asw/330v220-2/online/image/2015/1115/7780516829_les-policiers-autour-du-bataclan-samedi-14-novembre-2015.jpg