1 min de lecture Terrorisme

Bonbonnes de gaz dans une voiture à Paris : les trois suspectes présentées à la justice

Les trois jeunes femmes arrêtées jeudi 8 septembre dans l'Essonne ont été présentées à la justice en vue d'une mise en examen.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place à Boussy-Saint-Antoine jeudi 8 septembre 2016
Un important dispositif de sécurité a été mis en place à Boussy-Saint-Antoine jeudi 8 septembre 2016 Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Clarisse Martin
Clarisse Martin
et AFP

Les trois jeunes femmes interpellées jeudi 8 septembre à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) ont été déférées lundi 12 septembre devant le tribunal de grande instance de Paris, préalablement à une mise en examen par des magistrats antiterroristes.

Ces trois femmes, Inès M., 19 ans, Sarah H., 23 ans, et Amel S., 39 ans, avaient été arrêtées, soupçonnées d'avoir préparé un attentat aux alentours de Notre-Dame de Paris pendant le week-end du 3 septembre, durant lequel une Peugeot 607 avait été retrouvée chargée de bonbonnes de gaz pleines, mais sans dispositif d'explosion relié. Les deux plus jeunes étaient déjà dans les écrans-radars des renseignements français pour leur radicalisation.

Après leur première tentative dans le Ve arrondissement de Paris, elles projetaient de commettre un attentat dans l'Essonne ou à la gare de Lyon, à Paris, ou de se procurer des ceintures explosives, selon des sources proches de l'enquête. Selon les dires du procureur de la République de Paris François Molins, les trois mises en cause avaient une approche a priori rudimentaire. Dans l'appartement à Boussy-Saint-Antoine, sept bouteilles en verre vides avaient été retrouvées, avec "ce qui pourrait s'apparenter à des mèches artisanales en papier".

Une tentative d'attentat téléguidée depuis la Syrie, selon François Molins

Inès M., la plus jeune des trois femmes et fille du propriétaire du véhicule retrouvé dans Paris, avait dans son sac à main une lettre où elle faisait allégeance à l'État islamique et de la propagande jihadiste avait été retrouvée dans son ordinateur.

À lire aussi
Fabien Clain, l'un des deux frères Toulousains qui ont revendiqué les attentats du 13 Novembre à Paris. jihadisme
Terrorisme : l'aînée du clan Clain jugée pour avoir tenté de rejoindre la Syrie

Selon les premiers éléments de l'enquête, Inès M. aurait abandonné le véhicule de son père à proximité de Notre-Dame de Paris en compagnie d'Ornella G., une complice mise en examen samedi 10 septembre à Paris et écrouée depuis. Inès M., aurait été en contact avec le jihadiste français Rachid Kassim, que les enquêteurs soupçonnent de commanditer des attentats depuis le territoire du "califat" irako-syrien, via l'application Telegram.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Faits divers Jihad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants