1 min de lecture Justice

Attentat de l'Hyper Cacher : au procès, victimes et familles revivent le drame

Ce vendredi, au procès des attentats de Paris, les avocats des familles de victimes ont dû leur faire revivre, le temps des plaidoiries, la prise d'otages de l'Hyper Cacher.

>
Attentat de l'Hyper Cacher : les familles revivent le drame au procès Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date :
Cindy Hubert édité par Maeliss Innocenti

Au procès des attentats de Paris, on retrouve l'émotion des premiers jours. Celle des familles des victimes qui revivent le drame à l'occasion des plaidoiries des parties civiles. Des larmes étouffées et une seule exigence : que la justice établisse clairement les responsabilités des accusés.

Ce vendredi matin, les avocats ont invité l'assistance à passer une dernière fois de l'autre côté du rideau de fer derrière lequel Amedy Coulibaly a décidé d'enfermer ses proies. L'avocat de la famille de Yoav Hattab, ce jeune homme qui a tenté de saisir l'arme du terroriste avant d'être abattu, a pris la parole. "Un héros sans bouclier", a dit sa sœur.

Depuis ce jour-là, la famille vit chaque fête comme une tombe, quand ceux qui ont survécu à cet attentat avancent comme des fantômes. Dans l'imagination des rescapés, les morts n'en finissent jamais de mourir.

Yoav Hattab, 21 ans, étudiant, tué par Amédy Coulibaly dans l'Hyper Cacher le 9 janvier 2015
Yoav Hattab, 21 ans, étudiant, tué par Amédy Coulibaly dans l'Hyper Cacher le 9 janvier 2015 Crédit : HANDOUT / AFP

Les avocats savent que ce n'est pas à eux d'apporter la preuve de la culpabilité des accusés. Ce sera le travail des avocats généraux en début de semaine prochaine. Mais cela n'a pas empêché certains de s'en prendre à ceux dans le box des accusés qui n'ont rien su, rien vu, rien entendu…

À lire aussi
Présidentielle américaine
États-Unis : Trump "laissera un véritable sillage de sang", dit Badinter sur RTL

Au tout début de ce procès, les accusés avaient promis des réponses. Mais au lieu de ça, il n'y a eu que tartuffe et omerta. "Ce box est un mikado", fulmine un avocat. Dans deux semaines, la cour rendra un verdict historique. L'avocat regarde les juges la voix étranglée : "La vérité, nous ne l'aurons pas. Mais aujourd'hui nous espérons la justice. Une réponse à cette barbarie."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Attentats à Paris Prise d'otages
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants