1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat de l’Hyper Cacher : des accusés en lien direct avec le drame jugés
1 min de lecture

Attentat de l’Hyper Cacher : des accusés en lien direct avec le drame jugés

Le procès retrace la prise d'otages survenue le 9 janvier 2015, à porte de Vincennes, où Amedy Coulibaly a tué quatre personnes avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

L'Hyper Cacher de Vincennes le 26 juin 2015, quelques mois après les attentats de janvier à Paris
L'Hyper Cacher de Vincennes le 26 juin 2015, quelques mois après les attentats de janvier à Paris
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Attentat de l'Hyper Cacher : des accusés en lien direct avec le drame jugés
01:22
Anne Le Henaff

Quatre heures et sept minutes d'angoisse absolue. La Cour d'assise spéciale de Paris examine à partir de lundi 21 septembre ce qu'il s'est passé lors de l'attentat du 9 janvier 2015 à l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. 

Pour la première fois depuis le début de ce procès, les accusés sont tous plus ou moins liés au terroriste Amedy Coulibaly. Il y a un taser acheté par deux des accusés sur lequel l'ADN d'un troisième a été découvert. L'ADN d'un quatrième accusé a été trouvé sur un gant. C'est une toute petite partie de l'arsenal de guerre de Coulibaly, des fusils d'assaut, assez de dynamite pour faire sauter tout l'immeuble, et une GoPro. 

Le film qu'il a tourné n'a pas été montré à l'audience : "C'est de la propagande", a dit le président de la cour. Mais plusieurs captures d'écran des caméras de vidéosurveillance ont été projetées. L'horreur est la même, elle s'affiche juste plus lentement, plan par plan. On y voit les quatre victimes debout, puis par terre, abattues entre les rayons. Certaines parties civiles quittent la salle. 

600 coups de fil en une heure à l'Hyper cacher

Un commissaire raconte que les négociateurs du RAID ont eu beaucoup de mal à joindre le terroriste car tout le monde téléphonait à l'Hyper Cacher : 600 coups de fil en une heure. Finalement le contact est établi, Coulibaly est froid, déterminé, il n'a aucune intention de libérer ses 17 otages, dont un bébé et un enfant de deux ans. Il les tuera si les frères Kouachi, retranchés dans l'imprimerie de Dammartin-en-Goële sont abattus. 

À lire aussi

C'est pour cela que tout s'est débloqué autour de 17h, avec la mort des frères Kouachi. L'assaut est donné à l'Hyper Cacher, les survivants sont libérés, beaucoup ont depuis quitté la France.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/