2 min de lecture Police

Attaque du commissariat à Champigny-sur-Marne : deux personnes placées en garde à vue

Deux personnes ont été interpellées ce jeudi 15 octobre dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne par une quarantaine de jeunes. Des mortiers d'artifice avaient visé le bâtiment.

Le commissariat de Champigny-sur-Marne, cible de mortiers d'artifice
Le commissariat de Champigny-sur-Marne, cible de mortiers d'artifice Crédit : Capture d'écran / Google Maps
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

Deux personnes ont été interpellées ce jeudi 15 octobre dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, ce samedi par une quarantaine de jeunes. C'est ce qu'a annoncé le parquet de Créteil, confirmant une information du Point.

Les deux hommes ont été interpellés à 6h30 dans la commune, a précisé la même source, sans vouloir donner plus de précisions sur les personnes en garde à vue. Les incidents avaient débuté samedi peu avant minuit dans une cité sensible de Champigny et duré environ une heure.

Deux agents avaient dû se mettre à l'abri dans le sas sécurisé du commissariat lorsque les assaillants, armés de barres de fer et visage dissimulé, étaient arrivés, cassant notamment des vitres de véhicules de police et la porte vitrée de l'entrée. Des mortiers d'artifice avaient aussi visé le bâtiment, sans faire de dégâts.

Darmanin avait dénoncé "des actes d'une grande sauvagerie"

En avril dernier, ce commissariat avait déjà été la cible, à une moindre échelle, de tirs de mortiers d'artifice mais "c'était juste des jeunes qui avaient du mal à vivre le confinement", a assuré Laurent Jeanne, le maire de la Champigny-sur-Marne. "Là, on est sur quelque chose de complètement différent : on a voulu attenter à l'intégrité physique de deux policiers", insiste-t-il. 

À lire aussi
12.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter le couvre-feu dans le pays coronavirus
Coronavirus : 32.033 contrôles et 4.777 verbalisations pour non-respect du couvre-feu

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait aussitôt dénoncé "des actes d'une grande sauvagerie" de la part de "caïds", de "voyous" venus pour "casser les symboles de la République" et "casser du flic".

Macron doit reçoit ce jeudi les syndicats de policiers

La Sûreté territoriale du Val-de-Marne est chargée de l'enquête, ouverte pour "violences en réunion avec arme sur personnes dépositaires de l'autorité publique" et "dégradations de biens publics et de biens privés". Ces nouvelles interpellations interviennent alors que le président Emmanuel Macron doit recevoir ce jeudi 15 octobre  les syndicats de policiers.

L'attaque du commissariat était survenue le 10 octobre dernier alors que le pays était sous le choc de l'attaque très violente survenue le 7 octobre, dont ont été victimes deux policiers passés à tabac et blessés par balles dans le Val-d'Oise. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Faits divers Val-de-Marne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants