1 min de lecture Faits divers

Attaque de la préfecture : ce qu'a dit la femme de l'assaillant aux enquêteurs

Entendue par la Brigade criminelle, la femme de l'assaillant de la Préfecture de police a décrit l'étrange comportement de son mari la veille du drame.

La préfecture de police de Paris, le jour de l'attaque qui a fait 4 morts, le 3 octobre 2019
La préfecture de police de Paris, le jour de l'attaque qui a fait 4 morts, le 3 octobre 2019 Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Noé Blouin et AFP

La Brigade criminelle a auditionné la femme de l'homme qui a abattu quatre fonctionnaires de la préfecture de police à l'arme blanche, jeudi 3 octobre. Selon une source proche du dossier, la femme a décrit aux enquêteurs le "comportement inhabituel et agité" de son mari la veille de son passage à l'acte.

Aucun élément accréditant l'hypothèse d'une radicalisation violente n'a été relevé pendant la perquisition du domicile de l'homme de 45 ans, qui s'était converti à l'islam depuis 18 mois, selon la même source. Le matériel informatique prélevé lors de la fouille est actuellement en cours d'examen.

Interrogée par l'AFP, une voisine du couple a décrit le meurtrier comme "quelqu'un de très calme" qui "allait à la mosquée mais avait une pratique (religieuse) normale". Les motivations qui ont poussé l'homme à effectuer cet acte violent sont au cœur de l’enquête menée par les forces de l'ordre. 

L'assaillant travaillait au service technique de la Direction du renseignement de la préfecture de police depuis 2003. Après avoir ôté la vie de 4 de ses collègues, il a été abattu par un policier, suite à plusieurs sommations l'incitant à poser son arme. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Police Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants