1 min de lecture Faits divers

Attaque à la préfecture de police de Paris : Macron déplore un "véritable drame"

Le président de la République a réagi à l'attaque perpétrée à la préfecture de police de Paris ce jeudi 3 octobre. Quatre fonctionnaires dont une femme ont été tués à coups de couteau.

Emmanuel Macron, le 15 août 2019
Emmanuel Macron, le 15 août 2019 Crédit : Yann COATSALIOU / AFP
Sylvain Zimmermann
Sylvain Zimmermann
et AFP

Emmanuel Macron a qualifié jeudi 3 octobre à Rodez de "véritable drame" la mort de quatre fonctionnaires tués en milieu de journée par un collègue à la préfecture de police de Paris. Le chef de l'État a fait observer une minute de silence pour leur rendre hommage au début du débat sur les retraites avec 500 personnes à Rodez, dans l'Aveyron.

"Ce midi, il s'est passé dans notre pays, à Paris, un véritable drame", a déclaré le président de la République après être entré dans la salle des fêtes à 19h30, avec une heure de retard sur l'horaire prévu. "Un individu qui travaillait à la préfecture de police de Paris a tué quatre de ses collègues. Il a ensuite été abattu par un jeune fonctionnaire de police. Je ne peux pas en dire plus aujourd'hui et l'enquête commence", a-t-il ajouté.

Le chef de l'État a indiqué qu'il s'était rendu en début d'après-midi à la préfecture de police "pour être à leurs côtés dans l'émotion et la souffrance". "J'ai passé deux heures avec des femmes et des hommes remarquables qui (...) jour et nuit font tout pour nous protéger", a-t-il précisé avant de demander la minute de silence "pour ceux qui sont tombés, leurs familles et leurs collègues". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Paris Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants