1 min de lecture Paris

Attaque à la préfecture : ce que l'on sait du policier qui a neutralisé l'assaillant

Jeudi 3 octobre, c'est un policier stagiaire, en poste depuis seulement 6 jours, qui a neutralisé l'assaillant de la préfecture de police.

La préfecture de police de Paris, le jour de l'attaque qui a fait 4 morts, le 3 octobre 2019
La préfecture de police de Paris, le jour de l'attaque qui a fait 4 morts, le 3 octobre 2019 Crédit : Bertrand GUAY / AFP
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste RTL

Jeudi 3 octobre 2019, la préfecture de police de Paris a subi une attaque meurtrière de la part d'un agent administratif qui a tué 4 de ses collègues avec un couteau de cuisine. Après un périple meurtrier de 7 minutes, l'assaillant à été abattu dans la cour de la préfecture, par un jeune policier stagiaire de 24 ans.

Celui-ci était en poste depuis seulement 6 jours à la préfecture de police de Paris. Jeudi, il a dû faire face à l'assaillant, qui venait de tuer 4 de ses collègues armé d'un couteau. Le jeune gardien de la paix lui a donné l'ordre de poser son arme mais l'individu, qui progressait vers lui lentement, "s'est mis à courir dans sa direction en pointant son couteau", explique samedi le procureur antiterroriste. Le policier stagiaire de 24 ans a alors fait feu deux fois pour le neutraliser.

Samedi lors d'une conférence de presse, le procureur national antiterroriste a salué "le courage, le sang-froid, la détermination de ce jeune gardien de la paix stagiaire, âgé de seulement 24 ans, affecté à la préfecture de police de Paris depuis 6 jours, qui a réussi a neutraliser l'assaillant et qui a ainsi mis fin à un périple meurtrier en évitant de nouvelles victimes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Préfecture Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants