1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Amazon accusé d'avoir récupéré des données personnelles de clients
1 min de lecture

Amazon accusé d'avoir récupéré des données personnelles de clients

La Commission européenne accuse le géant américain de la vente en ligne d'avoir enfreint les règles européennes de concurrence en récoltant les données personnelles des clients.

Jeff Bezos, patron d'Amazon (illustration)
Jeff Bezos, patron d'Amazon (illustration)
Crédit : Mireya Acierto / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Amazon accusé d'avoir récupéré des données personnelles de clients
01:27
Amazon accusé d'avoir récupéré des données personnelles de clients
01:27
Bénédicte Tassart - édité par Camille Guesdon

C'est une façon d'accroître sa toute puissance. Amazon est accusé d'avoir enfreint les règles européennes de concurrence. Le géant américain de la vente en ligne permet au vendeurs indépendants de vendre sur sa plateforme. Mais selon la Commission européenne, il en aurait profité pour récupérer des fichiers de données personnelles des clients.

Si vous achetez une télévision sur Amazon, vous avez le choix entre un appareil vendu directement par le géant américain et la même télé proposée par un détaillant indépendant. Ce dernier utilise la "marketplace" (marché en ligne) d’Amazon. Résultat : les deux vendeurs sont mis en concurrence directe sur la plateforme. 

Selon Bruxelles, le principal problème, c’est qu’Amazon en profite pour espionner. Il récolte les informations personnelles sur le consommateur, sur le produit, sur les avis clients et il en nourrit son propre algorithme pour mieux calibrer ses offres et être le plus attractif. C'est un espionnage à grande échelle puisque 70% des acheteurs français sur internet passent commande au moins une fois par an sur Amazon. Et les vendeurs indépendants dont le géant américain siphonne les données sont eux 800.000. 

La Commission européenne a lancé son attaque et Amazon s’est déjà défendu, en récusant l’accusation de position dominante. Le géant de la vente en ligne risque une énorme amende. Pour rappel, Google shopping a déjà réglé un chèque de près de 2 milliards et demi d’euros pour à peu près les même motifs.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/