2 min de lecture L'heure du crime

Albert Spaggiari : le casse du siècle dans les égouts de Nice

PODCAST - En 1976, la ville de Nice est le théâtre d'un des plus impressionnants Casses jamais réalisés... Le chef des opérations : Albert Spaggiari.

Fait Divers L'heure du Crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
Albert Spaggiari : le casse du siècle à Nice Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Amandine Lemaire

Dans ce nouveau numéro de "L'heure du crime", Jean-Alphonse Richard vous raconte l'histoire d'un des plus grands Casses du siècle. Ces opérations extraordinaires qui, même des années après, continuent à nous fasciner, tant elles semblent être le fruit d'une imagination criminelle sans limites

Des coups d'éclat réussis, des millions envolés, sans qu'aucun coup de feu ne soit tiré. Sans violence apparente, de quoi faire passer leurs auteurs, les architectes de ces opérations, pour des Arsène Lupin ou des Robin des Bois. Même si la réalité est souvent bien plus terne. Et que ces hommes, rattrapés ou non par la justice, n'ont généralement pas le profil romantique qu'on leur prête.

Pour cette histoire, direction Nice, et plus précisément la salle des coffres de la Société Générale, les 16, 17 et 18 juillet 1976, en plein centre de la ville. Butin officiellement dérobé : 46 millions de francs, l'équivalent d'environ 29 millions d'euros actuels. 

Un Casse méticuleusement préparé

Si ce casse du siècle reste, encore aujourd'hui, l'un des plus emblématique de l'histoire criminelle, c'est tout d'abord par son ampleur hors norme : trois mois de travaux clandestins pour passer par les égouts et accéder au sous-sol de la banque. Des canots pneumatiques, des lignes électriques, des maçons et des perceurs de coffres...

On ne sait toujours pas combien de personnes précisément étaient impliquées dans cette aventure dans les profondeurs de la capitale de la Côte d'Azur. Tout comme, plus de quarante après, on ne sait pas avec précision, qui a réellement profité de l'argent, et qui était l'architecte en chef de cette odyssée criminelle. 

Le cerveau presque autoproclamé du casse des égouts, c'est évidemment Albert Spaggiari. Ancien photographe de quartier, Spaggiari est devenu célèbre avec cette histoire. Évasion, cavale, jamais rattrapé, sa vie se lit comme un authentique roman. Roman que Spaggiari se fera d'ailleurs un malin plaisir à rendre encore plus savoureux...

Notre invité

À lire aussi
Christine et Jean-Marie Villemin, les parents de Grégory, en novembre 1984. l'heure du crime
Affaire Grégory : le combat des parents, toujours à la recherche de la vérité

Jérôme Pierrat, journaliste et écrivain français, spécialiste du grand banditisme

L'équipe de l'émission vous recommande


Lire la suite
L'heure du crime Crime Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants