1 min de lecture Faits divers

Affaire Grégory : la garde à vue de 1984 de Murielle Bolle jugée inconstitutionnelle

Les "Sages" de la rue de Montpensier ont donné raison à Murielle Bolle, âgée de 15 ans au moment de cette garde à vue.

Murielle Bolle, à gauche, au palais de Justice de Dijon, le 30 juin 1986
Murielle Bolle, à gauche, au palais de Justice de Dijon, le 30 juin 1986 Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
109996784729281669890
Clarisse Martin
et AFP

C'est un point de procédure crucial dans l'enquête sur la mort du petit Grégory Villemin. Personnage-clé de l'affaire, Murielle Bolle, belle-sœur de Bernard Laroche, avait été entendue sous le régime de la garde à vue en 1984. Alors âgée de 15 ans, ses déclarations aux gendarmes avaient conduit ces derniers à mettre en cause son beau-frère. L'adolescente s'était ensuite rétractée en dénonçant des pressions des gendarmes.

Plus de trente ans après, l'avocat de Murielle Bolle avait saisi le Conseil constitutionnel d'une question prioritaire de constitutionnalité à propos de cette garde à vue, dans le but de la faire annuler. Les "sages" de la rue de Montpensier se sont prononcés ce vendredi 16 novembre, en faveur de Murielle Bolle. Un énième rebondissement dans cette affaire tentaculaire, qui pourrait conduire la justice pénale à rayer du dossier toute mention de ces déclarations cruciales et donc avoir une forte incidence sur l'enquête.

Récemment, Murielle Bolle s'était exprimée sur RTL à l'occasion de la sortie de son livre Briser le silence, publié le 7 novembre dernier. "C'est ma façon à moi de me faire entendre", avait déclaré Murielle Bolle, estimant qu'elle a été "jetée en prison. Je n'ai rien fait de mal et maintenant, il y a mes enfants, ma petite-fille. C'est pour ça aussi que je l'ai fait. (...) On m'a fait passer pour un monstre, une tueuse d'enfant. Je ne suis pas cette personne."

À lire aussi
Le quartier de Sham Shui Po, à Hong Kong. Hong Kong
VIDÉO - Hong Kong : il voulait jouer les Robins des Bois, la police l'arrête

Un "miracle" que Murielle Bolle espérait

Après l'annonce de la décision du Conseil constitutionnel, Murielle Bolle s'est confiée au Parisien. Pour elle, cette annonce est "un miracle" qu'elle espérait sans oser y croire. "Il faut que je réalise et que je retombe sur terre. La première chose que j'ai faite c'est d'appeler mes enfants, ils sont toute ma vie. Sans eux, je n'aurais pas tenu", a-t-elle déclaré au quotidien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Affaire Grégory Conseil constitutionnel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795595646
Affaire Grégory : la garde à vue de 1984 de Murielle Bolle jugée inconstitutionnelle
Affaire Grégory : la garde à vue de 1984 de Murielle Bolle jugée inconstitutionnelle
Les "Sages" de la rue de Montpensier ont donné raison à Murielle Bolle, âgée de 15 ans au moment de cette garde à vue.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/affaire-gregory-la-garde-a-vue-de-1984-de-murielle-bolle-jugee-inconstitutionnelle-7795595646
2018-11-16 10:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/bO8QLyzy0sfUcaMjKjFwag/330v220-2/online/image/2017/0728/7789518199_murielle-bolle-a-gauche-au-palais-de-justice-de-dijon-le-30-juin-1986.jpg