1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire des "écoutes" : 4 ans de prison dont 2 avec sursis requis contre Nicolas Sarkozy
1 min de lecture

Affaire des "écoutes" : 4 ans de prison dont 2 avec sursis requis contre Nicolas Sarkozy

4 ans de prison dont 2 avec sursis ont été requis contre l'ancien président ce mardi 8 décembre accusé dans l'affaire dite des "écoutes".

Nicolas Sarkozy,  lors du procès dans l'affaire des "écoutes", le 7 décembre 2020
Nicolas Sarkozy, lors du procès dans l'affaire des "écoutes", le 7 décembre 2020
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Affaire des "écoutes" : 4 ans de prison dont 2 avec sursis requis contre Nicolas Sarkozy
01:32
cassandre
Cassandre Jeannin
Journaliste

Le parquet national financier a requis mardi quatre ans de prison, dont deux avec sursis, à l'encontre de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes". L'accusation a demandé les mêmes peines pour les deux autres prévenus dans cette affaire : l'ancien haut magistrat Gilbert Azibert, ainsi que pour Thierry Herzog, avocat historique de l'ex-chef d'État. 

Le parquet national financier a longuement requis à deux voix toute l’après-midi, pendant cinq heures. Ils ont réexpliqué leur thèse en s’appuyant sur les diapositives sur grand écran, des tableaux qui reprennent tous les échanges téléphoniques. Pour l’accusation, il n’y a pas de doute, il y a bien eu un pacte de corruption

En résumé, le magistrat Gilbert Azibert aurait informé Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, de l’évolution de son pourvoi en cassation et en échange, il rêvait d’un poste à Monaco. La fameuse conversation a été citée, d’ailleurs une fois de plus, on entend Nicolas Sarkozy dire à son avocat : "Je l’aiderai, appelle-le, je le ferai monter parce que je verrai le prince". "C’est accablant", a dit le parquet, cela établi que l'aide rétribuerait le magistrat Azibert en remerciement de son intervention.

Mais souvent, dans ce long réquisitoire, les mots ont été plus hésitants. On a entendu "plausible", "hypothèse" ou encore "faisceau de présomption grave". Faisceau que les avocats de la défense vont maintenant tenter d'effacer mercredi dans leurs plaidoiries. Leurs trois clients, en costume sombre, n'ont pas bronché lorsque les réquisitions sont tombées.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/