1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Daval : "Ma fille était un être humain et non un bout de viande", dit la mère d'Alexia
1 min de lecture

Affaire Daval : "Ma fille était un être humain et non un bout de viande", dit la mère d'Alexia

Au procès de Jonathann Daval, la lecture de l’autopsie a été particulièrement éprouvante pour la mère de la victime qui a tenu à rappeler que sa fille était "un être humain, et non un bout de viande".

Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia Daval, devant le palais de Justice de Vesoul, le 17 novembre 2020.
Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia Daval, devant le palais de Justice de Vesoul, le 17 novembre 2020.
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Affaire Daval : "Ma fille était un être humain et non un bout de viande", déclare Isabelle Fouillot
01:23
Générique 6
Samuel Goldschmidt
Journaliste

Le procès de Jonathann Daval se poursuit au palais de Justice de Vesoul (Haute-Saône) : ce mardi, il n'y a pas eu de confrontation entre les parents d'Alexia et l'accusé. Elle devrait avoir lieu demain, mercredi 18 novembre. La famille d’Alexia a été particulièrement éprouvée par la lecture de l’autopsie qui rappelle le calvaire de la victime cette nuit d’octobre 2017. Une audience quasi insurmontable pour la mère d’Alexia

"Dès qu'on parle de ma fille avec des termes de légiste, je ne peux pas écouter", a déclaré Isabelle Fouillot, évoquant "le massacre" qu'a subi la jeune femme âgée de 29 ans au moment des faits. "C'est de ma fille dont on parle : on parle d'un corps déchiqueté... On parle d'un être humain et non d'un bout de viande. On sait qu'elle a été massacrée, et je n'ose pas imaginer ce qu'elle a pu subir en horreur", a-t-elle poursuivi. 

La famille a par ailleurs souligné que Jonathann Daval n’a exprimé aucune émotion, même devant les photos d’Alexia brûlée. "Je voudrais rétablir un élément que j'ai vu paraître dans les médias : Jonathann n'a pas versé une seule larme entre hier et aujourd'hui", a indiqué le beau-frère Grégory Gay exacerbé par l’attitude du mis en cause. 

Ce dernier, tassé sur sa chaise, semblait disparaître derrière la rambarde qui le sépare de la cour. "Il se cache, il n'affronte pas nos regards, il est dans une absence totale d'émotions vis-à-vis de tout ce qui a été dit", a-t-il ajouté. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/