1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Daval : Jonathann Daval "a une personnalité banale", selon un psychiatre
1 min de lecture

Affaire Daval : Jonathann Daval "a une personnalité banale", selon un psychiatre

INVITÉ RTL - Psychiatre et expert auprès de la cour d’appel de Paris, le docteur Daniel Zagury espère que le procès permettra de comprendre "le fonctionnement du couple", sans "jugement de valeur".

Jonathann Daval en conférence de presse en novembre 2017
Jonathann Daval en conférence de presse en novembre 2017
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Affaire Daval : Jonathann Daval "a une personnalité banale", selon un psychiatre
04:48
Christelle Rebière - édité par Victor Goury-Laffont

Après plusieurs revirements, Jonathann Daval avait fini par avouer qu'il était l'auteur du meurtre de son épouse, Alexia Daval, dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017. En ce lundi 16 novembre, l'accusé est apparu en larmes pour le premier jour de son procès très attendu. 

"C'est un homme ordinaire, jusque-là, il n'avait attiré l'attention de personne, note le psychiatre et expert auprès de la cour d’appel de Paris Daniel Zagury. Ce que l'on constate, c'est que dans l'immense majorité des cas, l'auteur de ces meurtres conjugaux n'ont pas de caractéristiques particulières dans le registre de la pathologie mentale". 

"Ce que je peux dire, c'est qu'il a une personnalité banale, puis il y a un moment de bascule", relève le médecin. L'accusé soutien que sa femme, Alexia, était violente, en paroles et en acte, et l'humiliait : une défense courante dans ce genre d'affaires. 

Le fonctionnement du couple à l'étude

"Il faudra sereinement essayer de comprendre le fonctionnement du couple, sans jugement de valeur", estime le docteur Zagury. "Il y avait des problèmes sexuels, il y a eu des disputes, il dit qu'elle a été violente à son égard ... ce sont des choses qu'on retrouve très fréquemment dans ce type d'acte". 

À lire aussi

Daniel Zagury note par ailleurs que l'évolution de l'image de Jonathann Daval, qui avait entraîné "un élan de sympathie" avant de passer aux aveux, sera aussi au cœur du procès : "Il y a effectivement le risque de basculer dans une noirceur du personnage. Tous ces enjeux, ce sont des enjeux du procès". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/