2 min de lecture Val-d'Oise

Affaire Adama Traoré : une nouvelle expertise met en cause les gendarmes

Selon les experts, français et internationaux, Adama Traoré serait mort des suites d'un blocage de la respiration, engendré par le plaquage ventral des trois gendarmes présents lors de son interpellation.

Adama Traoré est mort le 19 juillet lors de son interpellation dans le Val-d'Oise.
Adama Traoré est mort le 19 juillet lors de son interpellation dans le Val-d'Oise. Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Florine Boukhelifa Journaliste

Que s'est-il réellement passé à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet 2016, lors de l'interpellation d'Adama Traoré ? Cinq ans après la mort du jeune homme de 24 ans, survenue à la suite d'une interpellation musclée dans le Val d'Oise, une nouvelle expertise médico-légale réalisée à la demande de la famille met en cause les trois gendarmes interpellateurs.

Selon le document, que RTL a pu consulter, les neuf experts mandatés, français et internationaux, concluent que "le décès d’Adama Traoré est lié à syndrome asphyxique traumatique mécanique par blocage de la respiration thoracique et abdominal dans les suites d’un plaquage ventral, aggravé par une hypoxémie d’effort". 

Parmi ces médecins figure le légiste Michael M. Baden, coauteur de la contre-expertise indépendante dans l’affaire George Floyd, mort lors de son interpellation le 25 mai 2020 aux États-Unis. Selon lui, "le décès de monsieur Traoré a été causé par une asphyxie positionnelle qui a entraîné un arrêt respiratoire – empêchant sa respiration – causé par la manière dont il a été retenu par les gendarmes".

À noter que sur les quatre légistes consultés lors de cette expertise, deux d'entre eux excluent une mort due à un plaquage ventral. Mais leurs conclusions ont été écartées puisque ces médecins ont retenu l'hypothèse d'un plaquage par un seul gendarme, et non par trois officiers, comme l'affirme la famille Traoré en s'appuyant sur le dossier d'instruction.

Une expertise dédouanant les gendarmes annulée

À lire aussi
assassinat
Gard : 12 ans de prison ferme pour une femme ayant assassiné son compagnon violent

Les médecins mettent ainsi en cause les trois gendarmes ayant participé à l'arrestation du jeune homme, contrairement à de précédentes expertises. Ce nouveau document se rapproche plutôt des conclusions de quatre experts belges. Ces derniers avaient incriminé les militaires en établissant qu'Adama Traoré est mort "d'un coup de chaud" aggravé par l'immobilisation et le menottage, mais aussi par des "états pathologiques sous-jacents" dans une plus faible mesure.

Le 1er décembre dernier, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris avait par ailleurs annulé un document dédouanant les gendarmes à cause d'une violation du code de procédure pénale. Une expertise aux allures d'"une tentative d'escroquerie", selon l'avocat de la famille Traoré, maître Yassine Bouzrou.

Pour l'avocat, cette nouvelle expertise médicale internationale "réalisée par des éminents spécialistes reconnus mondialement vient s’ajouter à trois expertises médicales précédentes concluant à la responsabilité des gendarmes interpellateurs dans le décès d’Adama Traoré". Il estime que le document "apporte des charges suffisantes pour renvoyer les gendarmes devant une juridiction de jugement", comme le réclame la famille depuis le début.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Val-d'Oise Interpellation Gendarmerie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants