1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 5G : deux moines arrêtés après avoir incendié des antennes-relais
2 min de lecture

5G : deux moines arrêtés après avoir incendié des antennes-relais

Deux moines d'un couvent intégriste situé dans le Rhône ont été mis en examen après avoir mis le feu à plusieurs antennes-relais. Contre la 5G, les deux hommes ont expliqué vouloir protéger la population et "agir pour le bien-être de l'humanité".

Une antenne-relais 5G en France (illustration)
Une antenne-relais 5G en France (illustration)
Crédit : Valentino Belloni / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Florise Vaubien & AFP

Ils étaient hostiles au déploiement de la 5G dont "les ondes sont très nocives pour la santé", a défendu le couvent catholique de ces deux moines mis en examen, la semaine dernière, pour "destruction et tentative de destruction par moyen incendiaire" et "association de malfaiteurs". En cause : ils ont incendié plusieurs antennes-relais avant d'être arrêtés par les forces de l'ordre. 

Membres d'un couvent catholique intégriste situé dans le Beaujolais, les deux hommes, âgés de 39 et 40 ans, ont d'abord incendié un pylône téléphonique, dans la nuit du 14 au 15 septembre à Saint-Forgeux, au nord-ouest de Lyon. Un incendie dont les dégâts ont été limités. La nuit suivante, la gendarmerie les avait surpris en flagrant délit alors qu'ils tentaient d'incendier une antenne dans une autre commune, à Ancy. 

Interpellés dans la foulée, ils ont été placés en garde à vue avant d'être présentés à un juge d'instruction. Placés depuis sous contrôle judiciaire, les suspects avaient reconnu les faits. Les mis en cause ont expliqué avoir agi "pour prémunir la population des effets nuisibles" de la 5G, a indiqué à l'AFP la procureure de Villefranche, Laëtitia Francart.

"Agir pour le bien-être de l'humanité"

Ces deux moines font partie d'une communauté capucine basée au couvent Saint-François, à Villié-Morgon, proche du mouvement intégriste de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, explique son site internet. Une porte-parole du couvent a évoqué "un acte isolé et une erreur de jeunesse", rapportent nos confrères du Progrès. Les ondes sont dangereuses pour la santé, a-t-elle déclaré. Les moines voulaient juste "agir pour le bien-être de l'humanité", a-t-elle assuré. 

À lire aussi

Le déploiement de la 5G n'a cessé de soulever les divisions, certains dénonçant un dispositif nocif pour la santé et l'environnement. Au 1er septembre, on dénombrait 28 821 sites 5G autorisés par l'Agence nationale des fréquences (ANFR). Plus de 60% de ces installations sont techniquement opérationnelles, détaille le site Génération NT.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/