2 min de lecture Élection présidentielle

VIDÉO - Tensions en Algérie : ce que craint le gouvernement français

Nouvelles manifestations en Algérie mardi 26 février. Cette fois ce sont les étudiants qui s'opposent à un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, physiquement très affaibli. La situation semble explosive et est suivie de près par les autorités françaises. Les enjeux sont majeurs.

>
Tensions en Algérie : la crainte du gouvernement français Crédit Image : RYAD KRAMDI / AFP | Crédit Média : M6/Sarah Duhieu/Jean-Baptiste Brunaud | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 et Thomas Pierre

Si, à Alger, les autorités craignent un soulèvement, une autre capitale suit très attentivement la situation : Paris. Mardi 26 février, les étudiants de la faculté centrale ont manifesté leur hostilité à un cinquième mandat du président Bouteflika, 81 ans et gravement malade. Une scène identique s'est répétée devant la faculté de sciences politiques.

Pour la France, la déstabilisation de l’Algérie est un scénario redouté au plus haut sommet de l'État pour plusieurs raisons, dont la première est économique. Partenaire historique, l'Algérie est l'un des premiers fournisseurs de gaz de l'Hexagone. La France est aussi le premier investisseur hors hydrocarbures et le premier employeur étranger avec 40.000 salariés d'entreprises françaises. 

Mais, l'enjeu est également humain. C'est l'une des principales craintes de l’Élysée : un effondrement du régime qui engendrerait un exode de la jeunesse. "Il y aurait incontestablement un flux migratoire qui va s'accentuer, qui va alimenter le discours des populistes et des extrêmes-droites", analyse Mohamed Sifaoui, journaliste et auteur de "Où va l'Algérie?". 

À lire aussi
Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse, le jeudi 25 avril 2019 Présidentielle 2022
Emmanuel Macron : "Je me fiche de la prochaine élection, je veux réussir"

Quel enjeu sécuritaire?

Plus grand pays d’Afrique, l’Algérie, avec ses six frontières (Maroc, Mauritanie, Mali, Niger, Libye et Tunisie), est un partenaire crucial de la France dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Ici aussi la France ne souhaite qu'une seule chose : la stabilité.

 "La Libye est déstabilisée (...), la zone sahélienne (...) est aussi déstabilisée. Si vous ajoutez à cela la déstabilisation d'un grand pays comme l'Algérie, vous créez forcement une déstabilisation pour l'ensemble de la région maghrébine", explique Mohamed Sifaoui. 

Entre la France et l’Algérie, le relation politique a toujours été sensible. Mardi matin, Benjamin Griveaux a appliqué le principe de précaution quant à la crédibilité de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika. "Vous ne trouverez aucune prise de position du gouvernement là-dessus. Ce serait de l'ingérence", assure le porte parole du gouvernement. 

De son côté, le président algérien déposera le 3 mars prochain sa candidature à un cinquième mandat auprès du Conseil constitutionnel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élection présidentielle Abdelaziz Bouteflika International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797061304
VIDÉO - Tensions en Algérie : ce que craint le gouvernement français
VIDÉO - Tensions en Algérie : ce que craint le gouvernement français
Nouvelles manifestations en Algérie mardi 26 février. Cette fois ce sont les étudiants qui s'opposent à un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, physiquement très affaibli. La situation semble explosive et est suivie de près par les autorités françaises. Les enjeux sont majeurs.
https://www.rtl.fr/actu/international/video-tensions-en-algerie-ce-que-craint-le-gouvernement-francais-7797061304
2019-02-26 20:57:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/wj8RUnnsXLOWW2QLwKhpsg/330v220-2/online/image/2019/0226/7797061335_un-etudiant-dans-les-rues-d-alger-le-26-fevrier-2019.jpg