1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. VIDÉO - G7 : Quand Emmanuel Macron interrompt Joe Biden pour lui parler pétrole
2 min de lecture

VIDÉO - G7 : Quand Emmanuel Macron interrompt Joe Biden pour lui parler pétrole

Lors d'un échange capté lundi 27 juin par les caméras lors du sommet du G7 en Allemagne, Emmanuel Macron a rapporté à Joe Biden le président émirati lui avait assuré que la production de barils du pays était "au maximum".

Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron au sommet du G7, au château d'Elmau, en Bavière, le 27 juin 2022.
Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron au sommet du G7, au château d'Elmau, en Bavière, le 27 juin 2022.
Crédit : LUKAS BARTH / POOL / AFP
Thomas Pierre

Emmanuel Macron se pressant auprès de Joe Biden pour l'interrompre et lui parler pétrole... C'est une scène assez cocasse à laquelle ont assisté des caméras de télévision lundi 27 juin lors du sommet du G7 en Allemagne. Lors de cet échange privé, le président français rapporte à Joe Biden la teneur de sa conversation avec le président émirati Mohammed ben Zayed. "J'ai décidé d'appeler le président des Emirats arabes unis", lui explique-t-il d'abord.

"Je lui ai demandé d'augmenter sa production", poursuit Emmanuel Macron. "Il m'a répondu deux choses. D'une, 'je suis au maximum', s'agissant du nombre des barils mis sur le marché par les Emirats. Et deux, selon lui, les Saoudiens peuvent augmenter un peu la leur, de 150 (milliers de barils par jour) peut-être un peu plus, mais qu'ils n'avaient pas d'énormes capacités avant six mois". 

Un échange que confirmera le lendemain Abou Dabi dans un communiqué : "la production des Emirats est à un niveau proche de la capacité maximale prévue actuellement dans le cadre de l'Opep+, soit 3.168 millions de barils par jour". 

Une hausse favorable à la Russie

Début juin, les 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), menés par l'Arabie saoudite, et leur dix alliés, dont la Russie (Opep+), ont accepté d'augmenter légèrement leur production pour répondre aux appels des Occidentaux. Ces 23 pays, qui produisent environ la moitié du pétrole mondial, sont pressés par les Occidentaux d'augmenter leur production pour freiner l'envolée des prix du brut liée à la guerre en Ukraine, sans contrarier Moscou.

À écouter aussi

Du côté de l'Opep+, "il y a des marges de manœuvre qui sont assez réduites", expliquait mardi sur RTL Patrice Geoffron, professeur d'économie à l'Université Paris-Dauphine. "Les mesures qui sont prises ne vont pas dans le sens d'ouvrir les vannes, si tant est que ce soit possible techniquement". Par ailleurs, ces grands producteurs de pétrole "sont assez peu enclins à le faire", car "ces prix assez élevés, évidemment, sont à leur avantage". 

Interrogé mardi en clôture du sommet du G7, Emmanuel Macron est revenu sur cette flambée des prix favorable à Moscou. L'idée d'un mécanisme de plafonnement des prix du pétrole russe" est à l'étude, assure-t-il. "La situation (...) est d'autant plus absurde que l'augmentation des prix mondiaux aide à financer l'effort de guerre en Russie".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/