2 min de lecture Explosions à Beyrouth

VIDÉOS - Beyrouth : la foule en appelle à Macron pour évincer les dirigeants au pouvoir

Lors d'un bain de foule jeudi 6 août, des Beyrouthins ont demandé l'aide de la France pour évincer les dirigeants au pouvoir. Emmanuel Macron a, lui, exhorté le gouvernement à mener des "réformes indispensables" sans quoi le pays continuerait à "s'enfoncer".

Emmanuel Macron, à Beyrouth, le 6 août 2020
Emmanuel Macron, à Beyrouth, le 6 août 2020 Crédit : AFP
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre Journaliste

"Aidez-nous ! Vous êtes notre seul espoir !". Des Libanais massés pendant la tournée d'Emmanuel Macron dans un quartier sinistré de Beyrouth ont conspué jeudi 6 août le chef de l'État Michel Aoun, demandant l'aide de la France pour évincer les dirigeants au pouvoir. 

"Aidez-nous ! Révolution !", a crié la foule en colère et répétant "le peuple veut la chute du régime", alors que le président français s'offrait un bain de foule dans le quartier chrétien de Gemmayzé, dévasté par les explosions survenues mardi au port de Beyrouth, faisant plus de 137 morts et au moins 5.000 blessés.

En réponse, Emmanuel Macron a assuré qu'il allait proposer un "nouveau pacte" politique aux responsables du Liban. "Je suis là aussi pour lancer une nouvelle initiative politique. C'est ce que je vais exprimer cet après-midi aux dirigeants et forces politiques libanaises". 

Le président français va demander aux responsables, avec qui il a promis d'avoir un "dialogue de vérité", "de procéder à des réformes (...) de changer le système, d'arrêter la division du Liban, de lutter contre la corruption". 

À lire aussi
Une forte explosion a retenti à Beyrouth (Liban), le mardi 4 août 2020. Explosions à Beyrouth
Beyrouth : quatre morts après un incendie et une explosion dans un entrepôt de carburant

Les déflagrations, dues selon les autorités à un incendie dans un entrepôt abritant une énorme quantité de nitrate d'ammonium au port de Beyrouth, ont également fait quelque 300.000 sans-abri, dans un pays en faillite économique où près de la moitié des habitants vivaient déjà dans la pauvreté.

"Je reviendrai pour le 1er septembre"

Emmanuel Macron a ensuite promis aux Libanais en colère qui l'interpellaient dans la rue de revenir le 1er septembre vérifier que l'aide proposée par la France étaient bien distribuée. Tout sera fait pour que l'aide "n'aille pas dans les mains de la corruption", a-t-il assuré en s'adressant aux habitants du quartier de Gemmayze, l'un des quartiers ravagés par les explosions de mardi.

Plus tard, le chef de l'Etat a souhaité, lors d'un point de presse, "que les enquêtes puissent se faire au plus vite dans un cadre parfaitement indépendant et transparent pour expliquer, rendre compte de ce qui s'est passé, des causes" des explosions sur le port de Beyrouth.

"Mais, au-delà de l'explosion, et on a bien senti ce matin dans la colère qu'il y a dans la rue, il y a aujourd'hui une crise politique, morale, économique et financière qui dure depuis plusieurs mois, plusieurs années et celle-ci implique des initiatives politiques fortes", a-t-il ajouté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Explosions à Beyrouth Vidéo Liban
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants