1 min de lecture Chine

Versace, Givenchy et Coach, accusés d'affront à la Chine, présentent leurs excuses

Givenchy, Versache et Coach ont dû présenter des excuses pour avoir laissé supposer que Taïwan et Hong-Kong ne feraient pas partie de l'empire du Milieu.

Devanture d'une boutique Versace
Devanture d'une boutique Versace Crédit : Miguel MEDINA / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Le gouvernement de Pékin n'a pas laissé passer. Dimanche 11 août, Givenchy, Coach et Versace se sont retrouvés dans le collimateur de la Chine pour un t-shirt arborant une liste de villes suivies du nom de leur pays respectif, par exemple "Paris - FRANCE" et " Shangai - CHINA".

Ainsi, certaines grandes villes de Chine comme Hong-Kong et Macao étaient respectivement associées à Hong-Kong et Macao au lieu de la Chine. Immédiatement conspuée sur le réseau social chinois Weibo, Versace s'est excusée pour la confusion créée et a annoncé avoir retiré de la vente l'ensemble de leur T-shirt concernés. 

De même pour le Français Givenchy et l'Américain Coach qui, à leur tour, étaient dans le viseur pour des affronts similaires sur Shangaï et Hong-Kong, mais également pour Taïwan. En effet, Pékin continue de revendiquer sa souveraineté sur l'île gouvernée séparément depuis 1949. "Rien ne doit faire défaut à la Chine. Versace dehors !" s'est écrié un utilisateur du réseau Weibo.

Les grandes marques présentent leurs excuses

Après la polémique, les trois grandes marques ont présenté leurs excuses pour tenter d'apaiser les tensions. "La maison Givenchy présente des excuses sincères pour cette erreur, qui ne reflète pas son profond respect pour le public chinois partout dans le monde", a assuré la marque française dans un communiqué.

À lire aussi
Un téléphone branché à son chargeur (Illustration). Santé
Chine : il devient borgne après une nuit passée à jouer sur son téléphone

"Nous aimons la Chine et respectons résolument sa souveraineté territoriale nationale", a fait savoir Versace dès dimanche sur son compte Weibo, le "Twitter chinois". Coach a dit reconnaître "la gravité de cette erreur" et la regretter "profondément".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chine Hong Kong International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants