1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Hong Kong : pourquoi le territoire se rebelle-t-il contre la Chine ?
3 min de lecture

Hong Kong : pourquoi le territoire se rebelle-t-il contre la Chine ?

ÉCLAIRAGE - Des milliers de Hongkongais ont manifesté dimanche 16 juin pour le retrait de la loi d'extradition initiée par la Chine. Pékin a cédé mais une répression est redoutée.

Des milliers de manifestants à Hong-Kong contre la loi d'extradition, le 16 juin 2019
Des milliers de manifestants à Hong-Kong contre la loi d'extradition, le 16 juin 2019
Crédit : HECTOR RETAMAL / AFP
Hong-Kong : pourquoi le territoire se rebelle-t-il contre la Chine ?
00:03:43
Hong-Kong : pourquoi le territoire se rebelle-t-il contre la Chine ?
00:03:44
François Lenglet - édité par Cassandre Jeannin

De gigantesques manifestations ont rassemblé près de deux millions de personnes à Hong-Kong, dimanche 16 juin. C'est presque le tiers de la population du territoire qui a défilé sur ce petit territoire de la Chine méridionale. Une mobilisation dont l'objectif était le retrait définitif d'un texte de loi controversé.

Initié par Pékin, il aurait permis à la Chine de juger en Chine des ressortissants de Hong-Kong qu'elle considère comme "criminels". Une sorte de loi d'exception, qui contrevient aux accords que la Chine a passés dans les années 1980, lorsqu'elle a récupéré la possession de cette petite colonie britannique incroyablement prospère. Pékin s'était alors engagé à maintenir, pendant cinquante ans, jusqu'en 2047 donc, "un pays avec deux systèmes". Autrement dit, une autonomie politique relative au plan politique pour Hong-Kong, et significative au plan de la justice et de l'état de droit.

Il y a deux jours, cette loi a été suspendue, après les premiers défilés de contestation. Les manifestants demandent aujourd'hui son retrait définitif et la démission de Carrie Law, la dirigeante de Hong-Kong. La reculade partielle de Pékin n'a donc pas suffi à calmer la colère.

En quoi est-ce une réaction inhabituelle de Pékin ?

Une marche arrière de Pékin c'est sans précédent. Cela peut s'expliquer de plusieurs façons. Il y a un enjeu économique important pour la Chine elle-même, qui a besoin de Hong-Kong et de son incroyable dynamisme. Si les Hongkongais fortunés et les expatriés quittent le territoire, par crainte de la mainmise de Pékin, en redoutant que les conflits juridiques de business ne soient tranchés toujours en faveur de la Chine, c'est un problème pour l'économie.

À lire aussi

Ensuite, le statut de maître du monde de Xi Jinping ne peut pas s'accommoder d'une répression violente dans un endroit comme Hong-Kong, où les Occidentaux sont présents. Quand on se présente comme le bienfaiteur du monde avec le projet de routes de la soie, on ne peut pas laisser des taches de sang sur les murs.

Enfin, Pékin fait attention à la réaction des États-Unis, de Donald Trump en particulier, car le Congrès a menacé de supprimer les avantages commerciaux de Hong-Kong. Tout cela force les Chinois à en rabattre, tout cela a aidé les manifestants à gagner la première manche. 

Est-ce une période potentiellement dangereuse ?

Nous entrons aujourd'hui sans doute dans la période la plus dangereuse de cet épisode inédit dans le monde chinois depuis Tiananmen, il y a trente ans. Parce qu'ils ont remporté une victoire, les manifestants veulent aller plus loin. Jusqu'où Pékin acceptera t-il la reddition ?

Il y a des enjeux politiques considérables. Si les dirigeants communistes capitulent, ils prennent le risque de déclencher des mouvements similaires en Chine même. S'ils font preuve de fermeté, ça ternit l'image de la Chine, et cela interdira tout projet de réunification pacifique avec la petite Chine, l'île de Taiwan, projet auquel Pékin tient par dessus tout. Quelle que soit l'issue, la crise de Hong-Kong va changer le monde chinois.

Ce qui rend d'autant plus incompréhensible le silence de la diplomatie française. Dimanche 16 juin, sur le site du quai d'Orsay, Paris se disait "attentif à la situation et partageant pleinement les préoccupations exprimées par le porte parole du service européen d'action extérieure européen". Traduit en français normal, ça veut dire que tout le monde roupille. Désolé de vous le dire, mais sur cette affaire, heureusement qu'il y a Donald Trump et le Congrès américain. 

À regarder

Des centaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Hong Kong
00:01:18
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/