3 min de lecture Chine

Tiananmen : l'histoire de la photo symbole, trente ans après le massacre

Il y a trente ans jour pour jour, l’armée chinoise réprimait dans le sang la révolte étudiante sur la place Tiananmen, à Pékin. De ce massacre, il reste notamment une image : la photo de "Tank Man".

Tank Man
Tank Man Crédit : Jeff Widener - AP
Simon Buisson
Simon Buisson

C'était la nuit du 3 au 4 juin 1989. Il y a 30 ans avait lieu le massacre de la place Tiananmen réprimant les étudiants et les intellectuels chinois qui réclamaient plus de démocratie. De ce massacre il reste une image emblématique. Une photo iconique devenue un symbole universel de liberté. 

Nous sommes le 5 juin 1989 sur l’immense avenue de la Paix-éternelle qui traverse Pékin près de la place Tiananmen. La veille, les chars de l’armée ont écrasé dans le sang la révolte qui secouait la Chine depuis mi-avril.

Quand tout à coup vers midi, un homme en chemise blanche et pantalon noir avec un sac en plastique à la main se dresse seul debout face à une colonne de quatre chars.

C’est le photographe américain Jeff Widener qui signe ce cliché depuis le balcon de son hôtel : "Cette photo était un miracle parce que je n’avais plus de pellicule, et j’ai dû envoyer un étudiant courir chercher des pellicules pour moi. Au bout de deux heures, il est revenu avec seulement une pellicule. Et cette seule pellicule ne fonctionnait que pour une sensibilité de 100 ISO. Alors qu’habituellement, je photographiais en 800 ISO… Donc cette pellicule était moins sensible. Je l’ai mise dans mon appareil, qui est un automatique. J’ai fait les réglages manuellement, à l’œil nu mais c’était une photo impossible à faire. Je pensais que je me trompais, et que j’avais raté toutes mes photos. Mais miraculeusement, une image est ressortie." 

À lire aussi
Un téléphone branché à son chargeur (Illustration). Santé
Chine : il devient borgne après une nuit passée à jouer sur son téléphone

À plusieurs reprises, les chars tentent de contourner le manifestant. Il va même monter sur l'engin militaire et discuter avec le conducteur. "J’avais vu tellement de choses la nuit du 4 juin : j’ai vu un homme en feu se rouler par terre, j’ai vu des gens hurler, j’ai été blessé à la tête par une pierre. Donc quand j’ai vu cet homme devant ce char, ça m’a semblé, disons, normal pour moi. À ce moment-là, j’étais sous le choc, et j’attendais juste qu’il prenne la fuite ou qu’il se fasse tuer… Mais il ne se passait rien !  Finalement, un groupe de personnes est arrivé et l’ont emmené", témoigne le photographe d'AP. 

"Il est presque comme le soldat inconnu !"

Au total, ils étaient quatre photographes et une équipe de CNN a avoir saisi ce moment car les autres journalistes étaient déjà partis croyant la répression terminée. Et finalement c'est le cliché de Jeff Widener qui est entré dans l'Histoire

"C’est une photo classique de résistance. Cela représente plein de choses pour plein de personnes différentes. Pour certains, elle représente la lutte. J’ai vu beaucoup de personnes dont les proches étaient en phase terminal de cancer me demander cette photo pour garder espoir. Elle représente simplement les hommes et les femmes qui luttent toute leur vie, pour une cause ou je ne sais quoi. Et personne ne connait cet homme, ce qui rajoute de la symbolique dans cette photo. Il est presque comme le soldat inconnu !"

Longtemps le photographe a développé une relation d'amour haine avec ce soldat inconnu : "C’est une partie de ma vie, vous savez, je suis sans arrêt ramené à cette photo, je fais beaucoup d’interview. Quand les gens savent que je suis l’auteur de la photo, ils deviennent excités. J’ai beaucoup de demandes de selfie, je vais en parler dans les universités. Ça fait partie de moi, et c’est à double tranchant : d’un côté, je suis devenu un photographe célèbre, et de l’autre, j’aimerai que les gens s’intéressent aussi à mon autre travail", confie Jeff Widener.

Quant à l'homme au char, "tank man", qui a défié l’armée chinoise, le mystère reste entier. 
Personne ne sait son nom ou même ce qu’il est devenu. Certains affirment qu’il a été exécuté. D’autres, qu’il vivrait reclus quelque part en Chine. 

La Chine où 30 ans plus tard, cette photo reste toujours censurée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chine Histoire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants